mercredi 7 octobre 2009

La France poursuit sa quête des investisseurs islamiques

PARIS (Reuters) - La France veut séduire les investisseurs islamiques et elle prendra bientôt de nouvelles mesures pour attirer les capitaux gérés selon la Charia, déclare la ministre de l'Economie, Christine Lagarde.
Le gouvernement a déjà commencé à modifier la fiscalité et la réglementation française pour attirer ces capitaux, qui sont estimés à 1.000 milliards de dollars au total avec des perspectives d'évolution rapide.
L'objectif est de proposer aux investisseurs du Moyen-Orient et d'Asie du Sud-Est une alternative européenne à la place financière de Londres qui s'est positionnée la première sur ce secteur.
"Je suis convaincue que la finance islamique pourrait trouver sa base en France", a déclaré Christine Lagarde lors d'une conférence sur la finance islamique, à Paris.
"Je ne suggère pas que nous essayons de déloger des places où la finance islamique s'est implantée ces dernières années mais je pense que la France pourra être appelée à héberger autant d'acteurs", a-t-elle ajouté.
Deux instructions fiscales seront publiées dans les prochains semaines pour rendre plus attractifs les ijara, un type de location-vente, et les istisna, un outil de financement à long terme, a-t-elle précisé.
Des instructions fiscales sur les sukuk, des obligations adossées à un actif, et les mourabaha, un outil d'achat-revente ont déjà été publiées.
Pour plus de détails, cliquez ici

Aucun commentaire:

Publier un commentaire