vendredi 12 février 2010

France: Les musulmans de Cholet vivent leur foi au grand jour

La grande mosquée est rouverte. La mosquée turque est en construction. Les lieux de culte s'intègrent dans le paysage. Et les musulmans aspirent à vivre paisiblement dans le Choletais.

La grande mosquée s'ouvre aujourd'hui. La réouverture de la grande mosquée, après huit mois de travaux, est un événement pour les musulmans de Cholet. La commission de sécurité a donné le feu vert à sa réouverture, vendredi dernier. Des prières ont déjà eu lieu pendant la semaine dans les nouveaux locaux. Mais, cet après-midi, à 13 h 30, un grand nombre de pratiquants va redécouvrir le site, complètement transfiguré, à l'occasion de la grande la prière du vendredi. Au rez-de-chaussée, la salle de prière a doublé de surface. A l'étage, celle des femmes est également agrandie. Des salles sont prévues pour l'enseignement de l'arabe et du Coran. Un petit minaret permet d'identifier l'édifice.
Quatre lieux de culte à Cholet. Les musulmans de Cholet se réunissent et vont prier dans quatre lieux. La grande mosquée est gérée par l'Association musulmane de culte et culturelle, présidée par Lahcen Ben Bougrine. Son imam (directeur de la prière) est Saït Aït Laama. Une autre mosquée, implantée dans le quartier Favreau, 4, rue du Maréchal-Lyautey, est gérée par l'association As Salam, présidée par Salama Abdelatif. Il existe aussi une salle de prière dans le quartier Bretagne. Une mosquée turque est en cours de construction, avenue de la Choletière. Elle est gérée par l'association culturelle des travailleurs turcs de Cholet, dont le président est Sabri Dogan. Son ouverture est prévue pour le mois de mai. Musa Akkaya, son imam, vient de Turquie.
Quel islam pratique-t-on à Cholet ? Depuis l'an 657, il existe deux grands courants dans l'islam : les sunnites et les chiites (1). Les Musulmans de Cholet, qu'ils soient Turcs, Maghrébins, d'Afrique noire ou Français, sont essentiellement sunnites. Il existe une mosquée turque pour une raison de langue. Dans la grande mosquée, rue Jean-XXIII, les sermons sont faits en arabe et en français. Or, on sait que la langue turque n'est pas l'arabe et que certains nouveaux arrivants ne parlent pas français. C'est pour cela que le leur imam est turc. A noter que leur mosquée, dotée d'un petit minaret, est construite sur un terrain acheté par l'État turc. L'imam est rémunéré par l'État, comme un fonctionnaire.
Des pratiquants paisibles. Le discours revient régulièrement dans la bouche des fidèles : les musulmans sont des croyants paisibles qui n'aspirent qu'à vivre tranquillement à Cholet. Tous insistent sur le fait que l'islam est une religion de paix dont les pratiquants veulent vivre avec leur temps et s'adapter à toutes les cultures. Les familles algériennes, marocaines, turques, qui sont arrivées à Cholet au cours des dernières décennies, n'ont qu'un souhait : permettre à leurs enfants, nés français, de s'épanouir dans cette société.
Tensions. Les musulmans, comme les chrétiens, ne constituent pas un groupe totalement homogène. Des incompréhensions ont pu naître entre générations, au sein même des familles. Certains jeunes, très occidentalisés, ont perdu contact avec les préceptes de la religion, d'autres se sont rapprochés des salafistes à Nantes. Selon Antoine Sfeir, spécialiste de l'islam, le salafiste, qu'il soit islamiste ou réformiste, prétend revenir à l'islam du VIIe siècle pour mieux recommencer l'interprétation. A Cholet, la communauté a cependant réussi, à garder sa cohésion et son esprit de fraternité.
(1) Le sunnisme, courant majoritaire, s'appuie sur le Coran et la tradition. Le chiisme représente 10 % des musulmans dans le monde.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire