jeudi 22 avril 2010

La fatwa saoudienne dénonçant le terrorisme applaudie au Maghreb

La fatwa saoudienne dénonçant le terrorisme applaudie au Maghreb
2010-04-21
"Importante", "obligatoire" et "tardive" sont parmi les mots que les habitants du Maghreb utilisent pour qualifier la nouvelle fatwa lancée par les autorités religieuses saoudiennes qui définit et pénalise le terrorisme.
Imane Belhaj à Casablanca, Jamel Arfaoui à Tunis et Mohamed Yahya Ould Abdel Wedoud à Nouakchott ont contribué à cet article – 21/04/10
[Hassan Ammar/AFP/Getty Images] Le Grand moufti saoudien Sheikh Abdul Aziz al-Sheikh a signé cette récente fatwa contre le terrorisme.
Le Haut conseil des oulémas d'Arabie Saoudite a suscité des réactions diverses au Maghreb en publiant une fatwa condamnant tous les actes de terrorisme et pénalisant leur financement.
Cette fatwa, qui intervient près de dix ans après les attentats d'al-Qaida du 11 septembre 2001 contre les Etats-Unis, définit le terrorisme comme tout acte impliquant "le ciblage de ressources publiques", "les plans de détournement" ou "les destructions de bâtiments".
Aux termes de cette fatwa signée le 12 avril par le Grand moufti Sheikh Abdul Aziz Sheikh, ces attaques sont considérées comme des actes criminels sans lien avec le djihad pour l'Islam, et "des méfaits dans le pays" interdits par le Coran et la Sounna.
De nombreux citoyens du Maghreb contactés par Magharebia ont qualifié cette fatwa de progrès essentiel, même si une minorité estime que définir le terrorisme n'est pas nécessaire à la lumière de la pensée islamique existante.
"Les actes terroristes menés par ces gangs dans le monde n'ont besoin ni d'une fatwa ni d'une définition", a affirmé l'historien et spécialiste en religion marocain Driss Boukhar. "Ils sont dénoncés dans toutes les religions, au premier rang desquelles dans le Saint Coran et la Sounna."
"Il ne s'agit pas tant d'un lavage de cerveau que d'une âme malicieuse encourageant les actions diaboliques", a expliqué Jamal B, un étudiant marocain. "Cela est expressément interdit dans le Coran, et nous n'avons pas besoin de passer autant de temps à donner une définition explicite du terrorisme."
D'autres ont expliqué à Magharebia que cette fatwa est importante, bien que tardive.
L'imam mauritanien Malainine Oud Sabar a déclaré que la nation islamique aurait dû définir le terrorisme il y a des années, "dès lors que c'est une réalité qui tue des milliers d'innocents de sang froid".
"Je crois fermement que cette fatwa … est un argument obligatoire lié à la sharia pour tous les Musulmans dans le monde entier, dans la mesure où l'Arabie Saoudite est le centre du rayonnement islamique et où ses érudits constituent l'élite de l'intellectualisme religieux", a ajouté l'imam.
"Le conseil saoudien a apparemment pris beaucoup de retard pour publier cette fatwa et définir les 'opérations terroristes'", a expliqué Ali Fadheel, l'un des chefs de file du Parti pour le progrès et le socialisme au Maroc. "Mais ils ont bien fait, parce qu'ils ont pris le temps d'examiner toutes les références religieuses et toutes les sources, y compris le Saint Coran, pour s'assurer que leur jugement ne serait pas prononcé à l'aveuglette."
Beaucoup estiment que cette fatwa marque un changement important dans la manière de définir le terrorisme et de le traiter au sein du monde islamique.
Adnan Hasnaoui, un militant tunisien des droits de l'Homme, a qualifié cette fatwa de "mesure très importante et très attendue".
"Au fil du temps, nous constaterons certains changements dans… les groupes islamistes radicaux, et certaines révisions pourront avoir lieu au sein même de leurs rangs", a poursuivi ce militant. "Nous devrions donc… ouvrir un dialogue pour défendre cette nouvelle vision en la traitant dans les programmes religieux, les sermons du vendredi et les cours dans les mosquées et les centres de recherche. Nous devrions également ouvrir un dialogue à destination de l'opinion publique."
"La publication d'une fatwa définissant le terrorisme est une chose très importante", a déclaré l'un des responsables du Parti de l'union des jeunes démocrates de Mauritanie, Jeddou Ould Ahmed, ajoutant : "Il était temps que nous définissions ce phénomène ; nous sommes contre le terrorisme sous toutes ses formes, et nous appelons à lutter et à le déraciner".
Sami Ben Ibrahim, un étudiant tunisien, qualifie pour sa part cette fatwa de "voie de la délivrance".
"Certains jeunes Musulmans vivent encore sous l'influence de fatwas publiées par des sheikhs saoudiens", explique-t-il. "J'espère que cette nouvelle fatwa … sera le point de départ d'une réflexion sérieuse et approfondie qui conduira au rejet de la violence et du terrorisme".


Notre commentaire:
Il n'est jamais tard de dire la vérité et de clarifier les choses comme il n'est jamais tard d'apprendre la vérité et de s'y conformer. Nous avions personnellement réagi aux événements du 11 septembre 2001 dans notre sermon de vendredi du 14 septembre 2001 dont voici ci-dessous un extrait:
Vous avez tous connaissance de la série d’attentats terroristes qui a frappé la superpuissance mondiale à savoir les Etats-Unis d’Amérique le 11 septembre 2001. Alors, quelle doit être la position de l’homme en général et du musulman en particulier face à ce genre d’évènements et quel est leur jugement en Islam? L’Islam, la logique rationnelle et la civilisation humaine cautionnent-ils ce genre d’évènements? A qui profitent-ils ces attentats, quelles sont leurs conséquences probables sur le monde musulman dans l’immédiat et le futur et quelles sont les leçons et exhortations qu’on peut en tirer? Autant de questions que l’homme est obligé de se poser faute de quoi il risque de se tromper dans sa réaction.
Chers frères et soeurs en Islam, face à ce genre d’évènements, le musulman a grand besoin de poser les choses dans la balance de sa religion, dans la balance de l’Islam, la balance d’Allah, la balance de la vérité et de la justice afin de voir clairement la vérité et de la suivre et de voir clairement le faux et de l’éviter. Il n’est point permis au musulman en pareille circonstance de se précipiter dans le jugement et la prise de position sans bien réfléchir.
Quant à la position du musulman face à ce genre d’événement, c’est bien entendu la dénonciation et la condamnation sans hésitation; pas seulement la condamnation de ces attentats mais la condamnation de tout acte de terrorisme d’où qu’il vienne et de quelque forme qu’il soit, qu’il se passe en Occident ou en Orient ou ailleurs et qu’il soit le terrorisme d’Etat ou de groupes organisés et quels que soient ses justificatifs.
Quant au jugement de ses actes terroristes, ils sont formellement interdits en Islam car ils constituent une transgression et une atteinte aux âmes innocentes des vieillards, des femmes, des enfants et des malades de toute nationalité, de toute couleur, de toute religion et de tout pays. Voilà ce qui est dramatique et tragique dans ce genre de terrorisme: ce sont des populations innocentes qui paient de leurs âmes la sauvagerie et la barbarie aveugles de certains Etats ou de certains individus. Nulle religion céleste au monde et nul Etat constitutionnel ne peuvent admettre ni cautionner à fortiori commanditer un acte aussi horrible que ce qui vient de se passer en Amérique. Cet acte abominable est sans doute contraire aux principes et aux enseignements de l’Islam car il ne résout nullement les problèmes de musulmans. Au contraire il a donné une occasion d’or au monde entier pour s’attaquer à l’Islam et aux musulmans et les mettre dans une position de crainte totale en particulier les huit millions de musulmans qui vivent sur le territoire américain et les minorités musulmanes en Europe. Ainsi, ce que nous craignons le plus et ce qui est plus inquiétant pour toute la planète, c’est une riposte plus folle et plus aveugle de la part de l’Amérique sur des cibles plus ou moins préméditées. Par conséquent, il faut qu’il y ait plus de preuve d’investigation dans la recherche et l’identification des coupables et de vrais coupables afin que ce soit bien les terroristes qui soient châtiés et non encore les populations innocentes...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire