jeudi 6 janvier 2011

Prières des Imams et prédicateurs de Niamey pour la paix

      144 Imams prédicateurs (hommes et femmes) de Niamey ont organisé ce matin une rencontre en vue de prier pour  la paix, le bon déroulement des élections et la bonne conduite de la transition à terme. Le Premier Ministre -accompagné de plusieurs ministres- a pris part à l’ouverture de la cérémonie ainsi que le Gouverneur de la Région de Niamey, le Président du Conseil Consultatif National. Les candidats aux élections du 31 janvier ont été également invités à cette rencontre. Cette dernière a permis aux Imams et aux prédicateurs d’échanger leurs points de vue sur les problèmes de l’Islam jusqu’à la prière de Zouhr… Voici ci-dessous le discours prononcé par l’initiateur de la rencontre:

Rencontre des Imams et prédicateurs de Niamey  en vue de prier pour :
-       la paix
-       le bon déroulement des élections
-       la bonne conduite de la transition à terme.
Rencontre organisée à l’initiative du Conseiller Spécial du Premier Ministre en Affaires Religieuses, le Cheikh Boureima Abdou Daouda au Centre Culturel Amir Soultan le jeudi 6 janvier 2011.


Discours de l’initiateur, le Cheikh Boureima Abdou Daouda 

- Excellence Mr le Premier Ministre
- Excellence Mr le Gouverneur de la Région de Niamey;
- Mr le Président du Conseil Consultatif National
- …..
- Eminents Cheikhs, Imams et prédicateurs
- Honorables invités;
- Chers frères et sœurs en Islam;
Assalamou alaikoum wa rahmatoullahi wa barakatouh!
Louanges à Allah qui a dit dans le Saint Coran: «Et cramponnez-vous tous ensemble au câble d'Allah  et ne soyez pas divisés». Sourate 3, verset 103; prières et salut d’Allah sur notre Guide et Prophète Mouhammad, sur sa sainte famille et ses fidèles Compagnons, ce Prophète qui a dit : «La Main de Dieu est avec la communauté unie»!
Honorable assistance, permettez-moi tout d’abord de vous remercier pour avoir accepté d’honorer de votre présence cette cérémonie d’ouverture de la rencontre des Imams et des prédicateurs pour les prières en faveur de la paix, du bon déroulement des élections et de la bonne fin de la transition.
C’est un fait incontestable que nous vivons aujourd’hui un monde marqué par les vices moraux et les conflits multiformes touchant tous les plans de la vie (social, économique, politique, culturel, éducatif, religieux…) et tous les niveaux de l’être humain (individuel, local, régional, national et international). Jamais notre planète n’a connu aussi des problèmes comme aujourd’hui, des problèmes qui minent les pays, les communautés et les groupes organisés et qui annoncent une apologie civilisationnelle fatale. Certes, beaucoup de solutions ont été expérimentées mais qui n’ont jamais abouti; beaucoup de voies ont été empruntées mais sans amener l’Humanité à retrouver le bonheur et la stabilité. Au contraire, on a l’impression que tous les moyens et toutes les solutions et voies empruntées pour remédier aux problèmes de la planète n’ont fait qu’aggraver le plus souvent sinon toujours la situation.
Devant un tel fait, nous leaders religieux, nous demeurons convaincus que seule la religion pourra apporter une certaine atténuation morale à cette crise multidimensionnelle de par son rôle spirituel qui s’adresse à la conscience humaine et qui lui inculque des vertus exemplaires qui prônent l’amour, la fraternité, la solidarité, la bonne cohabitation, la symbiose,  l’échange mutuel… Et la religion ne pourra jouer efficacement ce rôle curatif des problèmes de la planète que s’il y a entre ses détenteurs une certaine cohésion, une certaine entraide, une vision rapprochée et une position commune face  aux maux qui menacent ou qui sont susceptibles de menacer l’entité de la collectivité sociale humaine. Et tout cela n’est possible qu’à travers une rencontre fraternelle, franche, tolérante et constructive entre les leaders religieux.
C’est eu égard au rôle qu’ils jouent dans le maintien de l’entente, de l’unité et de la paix entre les individus au niveau familial et social, que les Imams et les prédicateurs de Niamey ont décidé d’organiser cette rencontre non seulement pour échanger leurs points de vue, renforcer les liens qui existent entre eux, coordonner le travail religieux, unifier leurs rangs et leur mot mais surtout pour apporter leur contribution à la marche sociopolitique de notre pays à travers la prière qui sert pour ce qui est descendu (comme malheur et/ou problème) et pour ce qui n’est pas encore descendu (comme mauvais sort et/ou problème) comme l’a précisé le Prophète prière et salut d’Allah sur lui.

 Héritiers des Prophètes de Dieu, Dépositaires de la science religieuse et Guides de la Communauté, les Imams et les prédicateurs doivent non seulement être au-dessus de la mêlée sociopolitique mais surtout jouer leur rôle d’éclaireurs de la communauté.
Notre pays se trouve aujourd’hui à un tournant décisif de son histoire et a donc besoin du concours de tous ses fils et filles chacun selon ce que Dieu lui a donné.
Nous voudrions donc inviter tous les nigériens à redoubler d’effort pour se comprendre mutuellement, s’accepter et œuvrer ensemble pour la construction de notre cher pays tant meurtri -malgré ses richesses et ses potentialités- par le comportement de certains d’entre nous.
Cette rencontre des leaders musulmans en présence des autorités de la transition et celles de l’après-transition, constitue une sorte de pacte et d’engagement devant Dieu puis devant le peuple que chacun de nous en tant que leader religieux ou politique se doit d’assumer, en ce sens que nous devons nous engager tous, devant notre Seigneur Allah, devant le peuple et devant l’histoire à enfouir désormais et pour toujours toutes les velléités mesquines qui nous ont divisés d’une façon ou d’une autre. Nous devons nous engager tous ensemble pour l’unité, la paix, le travail et la construction de notre pays. Nous devons donner le bon exemple aux futures générations.
En tant que leaders musulmans, nous recommandons aux candidats aux différents scrutins, de craindre Dieu, de se respecter et de respecter les règles du jeu démocratique car toute élection est un match et il n’y a jamais dans un match deux gagnants, il y a forcément un gagnant et un perdant. En réalité, quand un candidat l’emporte c’est le pays tout entier qui gagne et il n’y aura de perdant que celui qui perd la leçon et l’expérience qu’il doit tirer de son échec.
Que tous les candidats soient conscients en tant que musulmans que le pouvoir ou n’importe quel poste de responsabilité, relève avant tout du Destin c’est-à-dire de la Volonté et du Décret de Dieu qui donne le pouvoir à qui Il veut et l’arrache de qui Il veut comme Il l’a dit dans Son Saint Livre et le Prophète prière et salut d’Allah a précisé que même si toute la communauté conjuguait ses efforts pour faire profiter à quelqu’un de quelque chose, elle ne pourra le faire que si Dieu l’a décrété tel pour lui et vice-versa.
Que les gens se tranquillisent donc, qu’ils purifient leurs intentions et qu’ils acceptent la Volonté et les décisions de leur Seigneur!
Nous voudrions attirer l’attention des candidats aux présidentielles que l’avenir de notre pays dépend de Dieu puis d’eux et d’eux seulement. En effet, l’entente et l’unité du peuple, dépendent de l’entente et de l’unité des leaders, eux qui incarnent la conscience et la vision de leurs partisans.
Excellence Monsieur le Premier Ministre, votre présence ici, en dehors du cachet particulier qu'elle confère à cette cérémonie, prouve une fois de plus tout l'intérêt que les autorités de la transition accordent à la communauté musulmane en général et aux leaders religieux en particulier et cette rencontre ne saurait avoir lieu sans votre clairvoyance et surtout votre geste qui nous a permis d’organiser cette journée.
C’est le lieu de vous remercier sincèrement ainsi que toute l’équipe de la transition tout en priant Dieu de faire aboutir cette transition à terme comme nous Le prions pour le bon déroulement des élections et surtout pour la paix et la protection de notre pays.
Quant à vous, honorable assistance, chers collègues et prédicateurs, chers fidèles, au nom d’Allah le Reconnaissant par excellence puis au nom du Président du Conseil Suprême pour la Restauration de la Démocratie, Chef de l’Etat, le Chef de Corps d’Armée Salou Djibo, au nom du Premier Ministre Son Excellence Mahamadou Danda, au nom du Gouvernement et en mon nom personnel, je vous remercie pour votre participation à cette cérémonie et pour vos prières que vous allez dire pour la paix, le bon déroulement des élections et la bonne fin de la transition! Qu’Allah soubahanhou wa taala les accepte, vous récompense par le bien ici-bas et dans l’au-delà et nous épargne tout ce dont nous avons peur dans les deux mondes!
En terminant, je demande à l’ensemble des candidats, de faire preuve de responsabilité et de maturité d’esprit pour semer l’amour, l’entente, l’unité et la paix dans la conscience et les cœurs de leurs partisans et que le meilleur gagne!
Que Dieu bénisse le Niger et son peuple!
Je vous remercie!


Aucun commentaire:

Publier un commentaire