samedi 19 février 2011

Le président du Conseil central islamique appelle à l’autocritique



La conférence annuelle du Conseil central islamique suisse (CCIS) samedi à Bienne a été un succès. Entre 1500 et 2000 musulmans suisses et étrangers ont assisté à ce grand rassemblement. Aucun incident n’a perturbé cette manifestation controversée.
La conférence annuelle du CCIS s’est ouverte par un spectacle sons et lumières. Des images avec des personnalités de l’UDC ou évoquant la votation sur l’interdiction des minarets et la naissance du CCIS ont été projetées sur deux écrans géants dans une salle bondée. Sur scène, le président du CCIS Nicolas Blancho et le porte- parole du mouvement Qaasim Illi étaient flanqués de deux gardes du corps.

Un agent de la police du commerce de la ville de Bienne a estimé à 1500 le nombre de personnes présentes. Les organisateurs ont avancé pour leur part le chiffre 2000 entrées, alors qu’ils attendaient un millier de personnes. La conférence annuelle a également connu un succès auprès des médias avec plus d’une trentaine de journalistes accrédités.

Poignée de main

Une cinquantaine de personnes d’obédience chrétienne ainsi que des jeunes arborant le drapeau suisse ont manifesté dans le calme en face du Palais des Congrès, où se déroulait cette manifestation. «Nous dénonçons la persécution de 200 millions de chrétiens dans les pays arabes», a déclaré l’ancien député au Grand Conseil bernois Mark Früh de l’Union démocratique fédérale (UDF).
Avant le début de la conférence, le président du CCIS ainsi que le porte-parole Qaasim Illi se sont approchés des manifestants dans la rue pour leur offrir des bonbons. Escortés d’une dizaine de garde du corps, ils ont serré la main au représentant du comité d’action contre une islamisation stratégique de la Suisse Daniel Zingg.

Dispositif de sécurité

Des barrières métalliques avaient été dressé pour éviter un contact direct. Mais hormis quelques échanges verbaux parfois vifs, il n’y a aucun incident. Reste qu’un mur d’incompréhension entre les deux groupes semblaient empêcher tout rapprochement dans la rue.
Le CCIS avait mis en place un dispositif de sécurité à l’intérieur du bâtiment avec un service d’ordre et une fouille du public avec un détecteur de métal. Une entrée était réservée aux femmes qui avaient une place séparée dans la salle. Hommes et femmes empruntaient aussi un escalier différent.

Appel à l’autocritique

Dans son discours prononcé en allemand et en arabe, le président du CCIS a appelé la communauté musulmane à faire son autocritique et à rompre avec ses réflexes hérités du passé. Pour Nicolas Blancho, la sagesse se trouve chez les jeunes. Il a d’ailleurs rendu hommage à la jeunesse qui s’est soulevée en Tunisie et en Egypte.

Pour le fondateur du CCIS, la communauté musulmane doit cesser de se plaindre et de rendre l’Occident responsable de tous ses maux pour se prendre en main et se relever. Vêtu d’un complet noir, le Biennois converti à l’islam n’a pas tenu de propos haineux à l’égard d’autres communautés.

Pour Qaasim Illi, la Suisse doit se faire à l’idée qu’il existe une communauté musulmane qui ne va plus se taire ni se cacher. Le thème de cette conférence portait sur «la façon de concilier l’identité islamique avec l’époque moderne».

Plusieurs orateurs étrangers devaient monter à la tribune jusque tard dans la soirée. Parmi les invités figurent la journaliste britannique convertie à l’islam Yvonne Ridley et l’imam de la grande mosquée de Pristina Shefqet Krasniqi.
SOURCE

Aucun commentaire:

Publier un commentaire