lundi 4 juillet 2011

Gabon: Trois jours de finance islamique par la B.I.D

En collaboration avec le ministère gabonais de l’Economie et en partenariat avec la Chambre de Commerce, sur recommandation du conseil des ministres du 26 mai 2011, la Banque islamique de développement (BID) organise à Libreville, les 5, 6 et 7 juillet, un séminaire sur la Finance Islamique suivi d’une journée de la BID. Cette démarche concrétise l’engagement de la BID à se positionner comme un partenaire économique de l’Etat et du milieu des affaires gabonais sur le long terme.
Libreville accueille du 5 au 7 juillet courant un séminaire sur la finance islamique avec une journée consacrée à Banque islamique de développement (BID). Organisée en collaboration avec le ministère gabonais de l’Économie et en partenariat avec la Chambre de Commerce, ce séminaire a reçu l’onction du conseil des ministres du 26 mai dernier.

Dans un contexte de crise financière internationale qui complique les choses et fait s’envoler les taux d’intérêts, la finance islamique est une véritable aubaine pour les économies en développement qui recherchent les financements internationaux aux taux d’intérêts les moins onéreux.

En accord avec le droit musulman, la finance islamique est basée sur deux principes : l'interdiction de l'intérêt et la responsabilité sociale de l'investissement. Elle lie plus étroitement la rentabilité financière d'un investissement avec les résultats du projet concret associé. Car, dans son dogme, l’Islam interdit les transactions tant civiles que commerciales faisant recours à l'intérêt (ribâ), à la spéculation (gharar) ou au hasard (maysir). Aujourd’hui, La finance islamique se chiffre à mille milliards de dollars sur le marché mondial et, pour la seule France, elle devrait peser 120 milliards en 2020.

Partenaire économique de l’État et du milieu des affaires gabonais, la BID soutien de nombreux plans de développement socio-économiques du pays. Son président, le Docteur Ahmad Mohamed Ali, a notamment été reçu par le président Ali Bongo en mars dernier à Libreville. On notait alors que le total des financements accordés par la BID au Gabon s’élève à plus de 421 millions de $, dont 94 % ont été consacrés au secteur des transports et de la communication.

La BID intervient d’ailleurs au Gabon depuis 1996. On se souvient notamment du prêt octroyé à Telecel Gabon ; du financement de l’achat de bus pour la Sogatra ; du financement de la construction du Lycée d’Excellence de Franceville livré en 2000 ; du prêt additionnel pour la construction de la route Franceville-Léconi ; de l’accord de financement du tronçon routier Koumameyong-Ovang-Makokou et du financement des études pour la réalisation du port en eaux profondes de Mayumba.

Durant les trois jours du séminaire, les participants vont réfléchir sur les "enjeux et opportunités de la finance islamique", "la finance islamique au service de l’économie réelle", "stratégie pour le développement de la finance islamique au Gabon". Tous ces thèmes comportent des sous-thèmes forts intéressants pour les opérateurs économiques et promoteurs d’affaires de tous les niveaux. Un point presse animé par le vice-président de la BID, le président de la Chambre de Commerce du Gabon et un représentant du Gouvernement clôturera ces journées.



SOURCE

Aucun commentaire:

Publier un commentaire