jeudi 4 août 2011

L’Islam prend le dessus le temps du Ramadan

La communauté musulmane observe depuis deux à trois jours le jeûne du mois béni du Ramadan. Dès l’entame de ce mois d’abstinence et de piété, des radios et télévisions sénégalais adoptent des « Programmes spéciaux ramadan » histoire d’être en phase avec les jeuneurs, le temps d’un mois. Ce qui fait que prêches, traductions du Saint Coran et autres émissions religieuses prennent le dessous sur toutes les autres. Bref, tous les programmes deviennent religieux ou presque.


Ramadan oblige, par ces temps qui courent, toutes les émissions et programmes ou presque de nombreuses radios et télévisions nationales sont devenus religieux (islamiques). De Sud Fm à Walfadjri (Tv et radio) en passant par la Radio futurs médias (Rfm), la Rtadio diffusion télévision du Sénégal (Rts), etc. Et, pour accrocher les auditeurs et téléspectateurs, ces « nouveaux programmes alléchants » sont annoncé à coup de publicité des jours avant l’apparition du croissant lunaire et même pendant le Ramadan. Mieux, des télévisions passent des sketchs tous les soirs sur le « Ramadan » mettant en scène des acteurs célébres.

La Radio radio Sud Fm ne déroge pas à cette règle. Pour être au diapason du Ramadan, certaines émissions sont suspendues (Ramadan oblige), d’autres sont renforcées. C’est le cas de « Allo docteur », une émission qui passait tous les mardis de 19 à 20heures, qui est diffusée maintenant entre 10 et 11 heures le même jour. Cette émission qui traite de questions de santé en fonction des thèmes revient sur les bonnes pratiques en rapport avec le Ramadan dans le domaine de la santé.
Mieux, selon Baye Omar Gueye, Rédacteur en chef de Sud Fm pour être en accord avec la demande des auditeurs de Sud Fm, « nous avons multiplié les émissions religieuses avec les oustaz Aliou Sall, Aliou Mbaye et Momar Seck ».
A quelques encablures de là, Walfadjri où toutes les émissions relieuses qui passent sur toutes les fréquences des radios de du groupe ont subi des changements. De 4 heures du matin à 22h du soir, les émissions relieuses se succèdent, mais ne se ressemblent pas, si on s’en tient aux propos de oustaz Assane Diouf, prêcheur à la radio Walf 2 et à Walf Tv. Selon lui, « le programme est divisé en trois temps, de 4 à 9heures du matin, des « wakhtanou fadjiar », de 10 à 13heures des jeux concours, des interactives, des questions réponses sur un thème donné et de 15 à 22heures des musiques orientales ».
Toutefois, le doyen Adboulaye Lam, ou père Lam renseigne que concernant les éditions, il y a pas de réaménagement dans les heures de diffusions des journaux télévisés.
Même décor à la radio communautaire des soninké « Jiida Fm ». Au niveau de cette radio, tout est devenu religieux, des émissions aux animations en passant par les sponsors. Billal Dianifaba, responsable marketing et commercial informe que toutes les émissions sont bloquées pendant le mois de Ramandan, les animations sponsorisées ont toutes changé de sponsors. Ramanda oblige.
Selon Billal Dianifaba « toutes les émissions sont sponsorisées par des agences de pèlerinage. Et, je me demande si on aura beaucoup de religieux au moment où les écoles coraniques sont en vacance ». Pour compenser ce manque dû à la rareté de sponsors, « des communiqués et des spots sur des conférences religieuses, les programmes des mosquées sont diffusés de temps en temps », confie Billal Dianifaba.
Mêmes les journaux n’échappent pas à la règle. La tendance est que des journaux privilégient des reportages sur des questions de sociétés et santé et le bien être ayant trait au Ramadan.
Les chants religieux en vedettes 
Le Ramanda a ses propres vertus, auxquelles des organes de presse s’accommodent. Dans certaines radios et télévisions de la place, des réaménagements ont été apportés, Ramadan oblige. Les animations musicales n’y échappent pas en ce sens les musiques orientales et chants religieux sont plus prisés.
Mercredi troisième jour de jeûne. A la radio télévision « Walfadjri », c’est Thiamas qui annonce le changement de programme de par son accoutrement. Dans sa demi-saison blanche assortie de babouches (de même valeur), Thiamas montre les couleurs du Ramadan. Cet animateur de radio télévision (Walf Fm et Tv) estime que chaque chose à son temps « un mois de prières d’aumône et de « sellal » n’a jamais tué personne ».
L’animateur, qui a adapté son émission au « nouveau programme Ramadan », raconte qu’il a divisé le mois en trois sections. « Les 10 premiers jours, je relate l’histoire du Prophète (Psl) et des « Tarikha » (Confrérie). Les dix jours intermédiaires, je reviens sur les vertus du mois de Ramadan. Mais pendant les 10 derniers jours, les sept sont consacrés aux félicitations et aux encouragements à l’endroit des jeûneurs pour qu’ils continuent les bonnes œuvres et les trois derniers jours, je retourne à l’animation d’avant Ramadan », histoire de remettre les musulmans dans le bain de la Korité.
L’animateur de radio tv Walf renseigne qu’il faut qu’on revoie les anciennes marmites, c'est-à-dire les Mbalax et les autres genres musicaux, « pour revenir dans learabadial, le rembeukhlo le seureukhlo ».
Pendant ce mois, Thiamas martèle qu’il a rangé tous ses jeans et chemises dans son armoire. En lieu et place, ce sont les « sabador » et les « niéty-abdou » (boubous et grands boubous) qui font l’affaire.
Si pour Thiamas, c’est le Mbalax et les jeans qui ont jeûné, en ce qui concerne l’émission « Népad musical », ce sont l’animateur lui-même, en l’occurrence Sa Ndiogou et l’émission qui jeûnent pendant tout le mois. En Lieu et place,  le comédien anime une émission radio intitulée « Khoumbou té dagane ».
Autre radio, autre réalité. A Sopi Fm, certains animateurs se sont vue retirer leur heures d’émission au profit de celles religieuses note Cheikh Sarr. « J’animais tous les jours du lundi au vendredi de 17 à 20 heures. Mais, comme ces heures coïncident avec la rupture du jeûne, la radio diffuse des « Waxtaanou Koor » à la place ».
Toutefois, Cheikh Sar conserve son émission de la mi-journée du samedi. Là aussi, Ramadan oblige, comme la variété musicale est sélectionnée en trois tranches, l’animateur propose le « mbalax » dans la première et chants religieux dans la deuxième souligne-t-il.
SOURCE
Commentaire: le phénomène est presque partout le même dans les pays musulmans, les émissions ramadaniennes dominent au sein des médias. Qu'Allah fasse que les musulmans profitent de ces émissions pour connaître davantage leur religion et leurs pratiques cultuelles!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire