mercredi 28 septembre 2011

Ground Zéro: Ouverture du centre culturel musulman « Park 51 » à New York


Ground Zéro : Ouverture du centre culturel musulman « Park 51 » à New York

C’est mercredi dernier, sous les flash des appareils photos des journalistes, que le nouveau centre culturel musulman situé à proximité de Ground Zero, lieu des événements du 11 Septembre 2001, a été inauguré, en présence du directeur des lieux, Sharif Al Gamal. Une ouverture qui s’est faite sans débordements et qui a suscité la curiosité d’une centaine de visiteurs. Ayant fait l’objet d’une vive polémique en Amérique, le projet d’ériger ce complexe baptisé « Park 51 » avait obtenu un avis favorable en août 2010 de la part de la commission en charge du dossier.

Une inauguration qui s’est faite sans débordements

« Nous voulons servir les intérêts de New York et nous voulons servir chaque enfant et chaque citoyen new yorkais » a déclaré Mr. Al Gamal dans son discours d’ouverture, devant une foule de journalistes et de curieux. Selon lui, l’idée d’une telle structure n’a pas eu pour but d’être une provocation vis à vis des attentats du 11 septembre comme l’auraient compris certains islamophobes, mais il s’agissait surtout de permettre à la communauté musulmane new yorkaise de se retrouver, et de casser le préjugé selon lequel derrière chaque musulman se cache un terroriste.
« Park 51 » s’est ouvert au public la semaine dernière, sur une exposition de 169 photos de Dany Goldfield illustrant « les enfants de New York ». Pour Sharif Al Gamal, « cette exposition représente ce que nous défendons : intégration, communauté, et diversité ». Outre une mosquée, le bâtiment comporte aussi des salles de conférences, des espaces culturels et de loisirs, ouvrant sur le monde musulman contemporain.
Un projet ambitieux qui aura couté près de 100 millions de Dollars selon les initiateurs, qui envisagent à terme d’agrandir le centre culturel musulman en mettant en place des crèches pour les riverains, et d’autres services culturels, sur une hauteur de 15 étages. Pour le moment, seules les salles de prières et d’exposition sont ouvertes.
Dès le début du lancement du projet, Michael Bloomberg, maire de New York a fait part de son soutien à la construction de cette mosquée, au nom de la liberté de culte, en soulignant que la tradition américaine invite au respect de la croyance religieuse de chacun. « Nous trahirions nos valeurs si nous traitions les musulmans différemment de tout autre » avait il déclaré.

Et dont le projet avait suscité de lourdes contestations

Lors du débat de la commission en août 2010, concernant le projet d’ouverture de ce centre culturel musulman à proximité de Ground Zero, les opposants avaient brandit des pancartes : « Non à la mosquée des meurtriers du 11-Septembre ». Malgré cela, la commission de la municipalité en charge de l’affaire avait décidé à l’unanimité de ne pas placer le bâtiment sur la liste des « monuments historiques » comme le voulaient ces opposants, et donc de donner le feu vert pour la construction du complexe.
Une décision qui aura fait grincer des dents, du coté des cercles juifs ultra et des partisans de l’extrême droite patriotique américaine. A tel point qu’ils avaient décidés de créer l’offensive en diffusant l’année dernière, une vidéo dont le titre est clairement révélateur : « Tuer la mosquée de Ground Zero ». En voix-off , on pouvait entendre « Le 11-Septembre, ils nous ont déclaré la guerre. Cette mosquée célèbre leur victoire ».
Des manifestations remarquées devant Ground Zero avaient également réunis d’autres groupuscules islamophobes pour tenter d’empêcher l’aboutissement du projet, ayant reçu le soutien de l’Anti Deafamation League, l’association américaine de lutte contre l’antisémitisme qui estimait « erronée  la symbolique » de cette future mosquée.
Pour l’imam Faysal Abdul Raouf, à l’origine du projet, le fait de céder aux critiques des détracteurs et d’abandonner le projet de construction d’une mosquée près du lieu où les deux tours se sont écroulées, signifiait pour le monde musulman que l « islam est attaqué en Amérique » avait il déclaré en 2009 sur la ABC. Aujourd’hui il peut se féliciter d’avoir le mener ce projet à son terme.
Par Oum Maryam

Aucun commentaire:

Publier un commentaire