samedi 14 avril 2012

Pakistan: un hôpital soigne ses patients avec le Coran


Pakistan: un hôpital soigne ses patients avec le Coran
Dans un hôpital au Pakistan, une étude sur un patient aux soins intensifs a démontré l’efficacité d’une thérapie particulière : l’écoute des versets coraniques.

Un patient soigné avec le Coran dans un hôpital


Un patient à Lahore, Hafid Abbas âgé de 22 ans, a été hospitalisé suite à son empoisonnement au plomb. Son pronostic vital en jeu, il se retrouva aux soins intensifs. Seulement 10% des patients atteint de ce mal s’en sortent. Son cœur, son foie, son pancréas et ses reins, se détérioraient. Au total, il a subi 150 chocs électriques afin que son cœur continue de battre. Ce qui est surprenant, c’est que son cœur reprenait toujours son activité, après s’être arrêté. Une résistance incroyable notée par les médecins, qui ne surprit pas tant que cela l’un d’eux, Docteur Mohammad Javed, chef du service soins intensifs de l’hôpital de Lahore. Ce médecin avait décidé plus tôt, en parallèle de son traitement habituel, de mener une nouvelle étape, une thérapie particulière avec comme antidote le Coran.
Cela consistait à lui faire écouter continuellement la Sourate Ar-Rahman, et son état depuis s’est progressivement amélioré. Aujourd’hui, le patient, guéri, est sorti de l’hôpital et continue d’écouter sourate Ar-Rahman trois fois par jour, comme lui avait « prescrit » le Docteur Javed.
La sourate Ar-Rahman invite les êtres humains à méditer sur les merveilles suscitées par la puissance d’Allah, Sa Miséricorde, Ses bénédictions.
Le Docteur Javed conseilla aux autres médecins du service d’utiliser cette antidote divin dont les résultats ont été probants pour ses patients. Cela renforce la confiance du patient, et l’apaise. Les résultats sont incroyables sur les malades atteint d’hémorragie cérébrale, d’épilepsie. Beaucoup de patients de cet hôpital ont réussi à s’en sortir depuis le lancement de cette thérapie.
Le Docteur Javed avait auparavant soigné d’autres patients atteints d’hémorragie cérébrale. Il encourage vivement les professionnels de la médecine à l’usage de la spiritualité pour soigner. Ainsi, aux soins intensifs, les docteurs font écouter des sourates à leurs patients, sans pour autant abandonner les soins médicaux, poursuivis en parallèle.
Il reste cependant un travail sur l’opinion car il a déclaré que la majorité des personnes n’était pas encore prête à croire en le pouvoir de la thérapie spirituelle, et pourtant beaucoup d’enseignements dans ce sens sont prescrits dans le Coran et la Sunnah.

Le Coran : un remède pour le coeur et le corps


Le Coran est une guérison pour les maux du cœur et du corps. Et nous connaissons les utilisations du Coran pour la roqyia. Cependant, la croyance sincère et la confiance totale en Allah azawajjal sont les conditions indispensables à la guérison.
Le Coran est un remède pour les maladies du cœur :
« ô gens ! Une exhortation vous est venue, de votre Seigneur, une guérison de ce qui est dans les poitrines, un guide et une miséricorde pour les croyants ».  (verset 57 Sourate Younous)
Il permet également de guérir et apaiser le malade de ses souffrances, en lui conférant une paix, et la foi en le Tout Puissant, qui doit avoir la certitude du pouvoir des paroles d’Allah. Et garder à l’esprit que seul Dieu guérit.
« Nous faisons descendre du Coran, ce qui est une guérison et une miséricorde pour les croyants et cependant cela ne fait qu’accroître la perdition des injustes ». (verset 82 Sourate Al Isra)
Dans la sunna, un hadith authentique rapporté par Aïcha (radhia Llahou anha) pourve l’utilisation de la récitation du Coran pour soigner et apaiser le malade :
  »Lorsque l’une de ses épouses était malade, le messager d’Allah (salallahou alayi wa sallam ) soufflait sur elle après avoir lu les deux sourates « Al-Falaq » et « An-Nass » ; et lorsqu’il fut malade de la maladie pendant laquelle il est mort, je soufflais sur lui et je passais ses mains sur son corps parce qu’elles étaient plus bénies que mes mains » (Mouslim).
Et il ne faut donc jamais désespérer de la Miséricorde divine. Que Dieu soit avec les patients, et les endurants.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire