samedi 18 août 2012

Résumé du sermon de la fête de Ramadan 1433/2012


Résumé du sermon de la fête de Ramadan 18/8/2012 - 1/10/1433H
---------------------
Allah est le plus Grand! Allah est le plus Grand! Allah est le plus Grand! Point de divinité digne d’adoration à part Lui! Allah est le plus Grand! Allah est le plus Grand! Et à Lui la louange!
Louanges à Allah Seigneur de l’Univers par la grâce de Qui s’accomplissent les bonnes actions! Il éprouve Ses serviteurs par le bien et par le mal, élève en degrés ceux qui agréent volontiers Ses Décisions et Ses Décrets et qui patientent face aux vicissitudes de la vie. Il multiplie la récompense de ceux qui L’adorent par amour et sincérité. Il assiste et guide davantage ceux qui se confient à Lui et qui implorent Son aide et son secours. Nous Le remercions pour tous Ses bienfaits apparents et cachés en particulier pour la grâce et le bienfait de l’Islam, pour la santé et la protection et pour nous avoir accordé la faveur de Son adoration. Nous témoignons qu’il n’y a point de divinité digne d’adoration à part Lui, l’Eternel Vivant qui ne meurt jamais et qui commande aux affaires de l’Univers en gros et en détail! Nous attestons que Mouhammad çallallahou alaihi wa sallam est Son serviteur et Son Envoyé, le meilleur de ceux qui ont prié, jeûné et fêté et le meilleur être humain ayant  marché sur la terre! Que mon Seigneur Allah déverse sur lui, Ses prières, Son salut, Ses miséricordes et Ses bénédictions, sur sa sainte Famille, ses Fidèles Compagnons et tous ceux qui suivront sa voie jusqu’au jour de la Résurrection!
Chers frères et sœurs en Islam, craignez votre Seigneur Allah, aimez-Le et adorez-Le avec sincérité et conviction, vous connaîtrez le bonheur ici-bas et dans l’au-delà.
Chers frères et sœurs en Islam, le mois de Ramadan vient de s’en aller avec tout ce qu’il renferme comme miséricordes divines, bénédictions, bienfaits, avantages et particularités. Il est parti comme sont partis d’autres Ramadans avant lui, telle est la Tradition Divine et telle est la nature de ce bas monde: toute chose qui commence arrivera à sa fin de façon inéluctable! En réalité, ce n’est pas le Ramadan qui passe mais plutôt une partie de notre vie qui s’écoule avec l’écoulement de Ramadan. Soyons donc conscients de cela et profitons du reste de notre vie pour accomplir les bonnes actions qui nous rapprochent et nous élèvent auprès de notre Seigneur et qui alourdissent la balance de nos bonnes œuvres dans l’au-delà!
Armons-nous de courage, d’abnégation, redoublons d’efforts pour maintenir le contact avec notre Seigneur durant toute l’année et ne soyons pas leurrés ni par notre position religieuse, sociale, financière ou politique, ni par notre jeunesse!
Chers frères et sœurs en Islam, faites le bilan de votre mois: êtes-vous de ceux qui ont pleinement profité de ce Ramadan ou êtes-vous de ceux qui ont toujours remis à demain les bonnes actions qu’ils devaient accomplir? Votre spiritualité a-t-elle augmenté dans ce mois? Avez-vous maîtrisé votre langue et vos organes contre les péchés et la désobéissance pendant ce mois? Que chacun fasse donc son bilan, s’il le trouve positif, qu’Il remercie son Seigneur Allah et qu’il continue dans la même voie même après le Ramadan; et s’il trouve son bilan négatif, qu’il décide alors de se rattraper avant qu’il ne soit trop tard!
Chers frères et sœurs en Islam, le Ramadan est venu pour nous enseigner la patience, l’abnégation, la spiritualité, le sacrifice, l’altruisme, le travail et l’organisation minutieuse des activités  et tant que nous continuons dans cette voie, nos conditions de vie ne pourront que s’améliorer davantage de jour en jour, de semaine en semaine, de mois en mois et d’année en année et vice-versa. C’est pourquoi le Très Haut nous dit: «En vérité, Allah ne modifie point l'état d'un peuple, tant que les [individus qui le composent] ne modifient pas ce qui est en eux-mêmes. Et lorsqu'Allah veut [infliger] un mal à un peuple, nul ne peut le repousser: ils n'ont en dehors de lui aucun protecteur ». Sourate 13, verset 11.
Dans ce verset coranique, Allah soubhanahou wa taala a résumé toute la vie humaine et ses conditions de réussite, de développement et de progrès ou leurs contraires et dans le même Il a rendu l’Homme ou le Peuple Responsable de son devenir en précisant qu’Il ne modifie pas l’état ou le sort d’un individu ou d’un peuple tant que celui-ci n’a pas modifié ce qui est en lui-même donc ses comportements, ses visions, sa conception, son orientation, ses efforts…
Cela signifie clairement que quand un individu ou un peuple jouit des bienfaits de Dieu, de Son secours, de Son aide, de Son appui… tant que cet individu ou ce peuple n’a pas modifié son comportement, eh bien Allah soubhanahou, Lui aussi ne modifiera pas Ses bienfaits, Ses grâces et Ses privilèges dont Il l’a comblé. C’est une réalité que nous comprenons à partir de ce verset 11 de la Sourate 13, mais une réalité qu’Allah soubhanahou wa taala a affirmée explicitement dans un autre verset: «C'est qu'en effet Allah ne modifie pas un bienfait dont Il a gratifié un peuple avant que celui-ci change ce qui est en lui-même. Et Allah entend tout et sait tout». Sourate 8, verset 53.
De même, quand un individu ou un peuple, est dans la gêne, la pauvreté, la maladie, l’ignorance, le retard… tant qu’il continue de garder sa ligne de conduite c’est-à-dire son comportement actuel, eh bien Allah soubhanahou wa taala ne modifiera point son sort, sa situation… pour nous montrer ainsi, que l’effort est toujours exigé du serviteur et que c’est en fonction de nos efforts que nous sommes récompensés ici-bas et dans l’au-delà. C’est une sentence divine immuable sur laquelle Dieu ne revient plus: «En vérité, l'homme n'obtient que [le fruit] de ses efforts». Sourate 53, verset 39.
Chers frères et sœurs en Islam, certes, le jour de la fête est un jour de joie, d’allégresse, de réjouissance et de fierté mais vous connaissez la situation nationale dans laquelle elle intervient cette année à savoir entre autres la famine, les criquets, les inondations, le choléra qui ont touché une bonne partie de la population. Devant pareille circonstance nos réjouissances ne peuvent qu’être partielles car nous ne pouvons pas oublier nos parents, nos frères et nos sœurs victimes de ces catastrophes naturelles ici et ailleurs dans le monde comme au Nigeria et en Iran sans oublier les massacres et souffrances du peuple syrien.
La fête de Ramadan intervient également cette année dans un contexte sous-régional marqué par les problèmes d’insécurité dans le nord malien, ce qui a entraîné le déplacement des milliers des personnes, vieux, femmes et enfants vers notre pays.
Toutes ces situations nous interpellent à continuer à faire preuve de solidarité mutuelle, à nous pardonner réciproquement et surtout à nous entendre pour faire l’unité et la cohésion autour des idéaux et objectifs nobles afin de relever les différents défis auxquels notre pays et la sous-région sont confrontés aujourd’hui.
La situation générale de notre pays caractérisée par la pauvreté, la phobie de la menace terroriste extérieure, la famine, les catastrophes naturelles, la disparition du cheptel, la division sociale, les maladies, le retard scientifique… ne nous laisse plus autre choix que celui d’oublier nos différends et malentendus pour nous entendre et unir nos intelligences et nos forces afin de créer les conditions qui nous permettront de sortir des problèmes qui assaillent notre pays avant qu’il ne soit trop tard. L’intelligent est celui qui tire leçon de ce qui se passe autour de lui.
Allah est le plus Grand! Allah est le plus Grand! Allah est le plus Grand! Point de divinité digne d’adoration à part Lui! Allah est le plus Grand! Allah est le plus Grand! Et à Lui la louange!
Chers frères et sœurs en Islam,  Comme on le voit à travers le verset 39 de la Sourate 53, cité ci-haut, toute la question ou toute la problématique se ramène au changement et malheureusement c’est ce changement qui parait difficile aujourd’hui pour les gens, on veut tout changer sauf les âmes, les consciences et les mentalités, or tous les problèmes que nous vivons aujourd’hui ne sont que les manifestations ou les symptômes de notre problème interne. Les lois et les textes qu’ils soient divins ou humains, ne servent à rien si les gens ne sont pas moralement préparés à les appliquer? La corruption, la tricherie, le vol, le détournement, la surfacturation pour ne citer que ces exemples des péchés et des maux sociaux, ne sont pas dus au manque de textes mais sont dus à l’inconscience et aux mentalités dévoyées et c’est pourquoi le premier pas à faire pour le changement c’est justement le changement des mentalités c’est-à-dire l’inculcation des valeurs et des vertus dans les esprits.
Il faut nécessairement commencer par changer les conceptions, les visions, les orientations et les objectifs des individus qui composent le peuple car le changement collectif ne sera possible qu’avec les changements individuels.
Il faut souligner ici qu’il n’y a pas de fatalité en Islam, autrement dit nul n’est condamné à vivre une situation inconfortable et à croiser les bras en prétendant que cela vient de Dieu. Certes, tout vient de Dieu à titre d’épreuve mais l’effort incombe bien au serviteur pour changer sa situation tel le malade qui ne reste pas bras croisés mais cherche remède à sa maladie, de même l’homme en situation désagréable doit fournir un effort pour s’en sortir. Allah nous éprouve par les différentes situations sociales, économiques, politiques… et veut que nous fassions un effort pour nous adapter et trouver les solutions qui s’imposent car Il nous a donné l’intelligence grâce à laquelle nous dominons une bonne partie de la nature. Engageons-nous donc dès maintenant et pour toujours dans la voie du travail en faisant de celui-ci notre arme de développement individuel et collectif car aucun individu ou peuple n’a prospéré une véritable prospérité si c’est n’est grâce au travail. Bannissons nos mauvais comportements d’antan telles que la recherche de la facilité, la corruption et le détournement des biens publics, ces comportements ne feront jamais notre bonheur car tôt ou tard ils causeront notre honte voire notre perte ici-bas et dans l’au-delà. Qu’Allah nous en préserve!
Chers frères et sœurs en Islam, sachez qu'il fait partie de la Sounnah du Prophète çallallahou a'layhi wa sallam, le jeûne de six (6) jours après Ramadan. Il  a en effet  dit: «Quiconque jeûne le mois de Ramadan et le fait suivre de six jours de Chawwal est comme celui qui  jeûne tout le temps de sa vie». Rapporté par Mouslim.
Ceci s'explique par le fait que la bonne œuvre est récompensée de dix à sept cents fois sa valeur, jeûner 30 (ou 29) jours de Ramadan équivaut à 300 jours de jeûne en récompense; et six jours de Chawwal équivalent à 60 jours d'où le jeûne de Ramadan avec six jours de Chawwal équivalent à 360 jours  soit un an de jeûne. Quiconque fait cela donc chaque année c'est comme s'il jeûne toute sa vie. Qu'Allah nous aide à appliquer cette Sounnah!
Bonne fête, qu’Allah accepte de nous et de vous les bonnes œuvres!
Wa kay yessi! Baraka da çalla!

Cheikh Boureïma Abdou Daouda




Aucun commentaire:

Publier un commentaire