vendredi 21 septembre 2012

Résumé du sermon: l’indépendance d’opinion en Islam


Résumé du sermon vendredi 21/9/2012 – 5/11/1433 H
Mosquée Almoustapha à l’Université de Niamey
L’indépendance d’opinion en Islam
Chers frères et sœurs en Islam!  As-salamou alaïkoum wa rahmatoullah!
Louanges à Allah Seigneur de l’Univers. Il a créé l’être humain et l’a doté de l’ouïe, de la vue et de la raison. Je témoigne qu’il n’y a point de divinité digne d’adoration hormis Allah l’Unique sans associé. Et je témoigne que Mouhammad est Son serviteur et Son Dernier Messager. Il l’a envoyé en tant que miséricorde pour l’Humanité tout entière. Qu’Allah répande  sur lui Ses prières et Son salut ainsi que sur sa famille et ses compagnons!
Chers frères et sœurs en Islam, craignez Allah et sachez que la raison  est un dépôt qu’Allah vous a confié. C’est par la raison qu’Allah a distingué l’homme par rapport aux autres créatures de la nature qui nous entoure. Il a fait de la raison la condition principale pour l’accomplissement de Ses prescriptions et pour la reddition des comptes c’est-à-dire l’homme n’est tenu d’accomplir les obligations divines et de rendre compte de ses actes que s’il jouit pleinement de sa raison. Le Saint Coran s’adresse toujours aux doués de raison, aux intelligents; c’est pourquoi beaucoup de versets coraniques se terminent par des phrases telles que: «Il y a certes, en cela un rappel pour les doués de raison», «Il y a certes, en cela des signes pour des gens qui raisonnent»… Il incombe donc à l’homme d’estimer à sa vraie valeur ce dépôt divin qu’est la raison, d’en faire un bon usage et d’en profiter de sorte que sa raison lui serve de lumière, de guide et surtout de surveillant dans ses comportements, ses actes et ses paroles. L’homme ne doit pas imiter aveuglement les autres ni être un simple suiveur qui se laisse traîner par les autres dans n’importe quel chemin sans faire preuve de réflexion, d’examen de conscience, de volonté et de décision comme l’a recommandé le Prophète prière et salut d’Allah sur: «Nul d’entre vous ne doit être une marionnette qui dit: “Je suis avec les gens, s’ils font du bien, j’en fais et s’ils font du mal j’en fais également”. Au contraire,  soyez décidés et positionnez-vous bien: si les gens agissent bien agissez bien comme eux et s’ils agissent mal ne faites pas d’injustice en les suivant». Rapporté par Attirmizy.
Ce sont ces marionnettes qui corrompent les nations, portent préjudice aux religions et détruisent les peuples. L’Islam aime le musulman indépendant dans sa personnalité, sa pensée et sa décision. L’Islam aime le musulman qui n’imite personne aveuglement: ni les pères ni les grands-pères, ni les chefs ni les grands.
Oui, Allah a créé l’homme et l’a privilégié par la raison et a fait de lui un lieutenant sur terre pour que ses générations se succèdent les unes après les autres et pour qu’il peuple la terre et exploite ses richesses en faisant usage de sa raison et de sa science pour ainsi bâtir sa vie et sa civilisation.
Chers frères et sœurs en Islam, la raison est un dépôt très cher et très sérieux et une responsabilité très grande. L’homme doit donc y veiller et remplir ses exigences. Allah le Très Haut a dit: «Nous avions certes, proposé aux cieux, à la terre et aux montagnes l'engagement. Ils ont refusé de le porter et en ont eu peur, alors que l'homme s'en est chargé; car il est très injuste [envers lui-même] et très ignorant». Sourate 33, verset 72. L’homme est tenu responsable de l’usage de toutes ses facultés comme Allah l’a dit: «Et ne poursuis pas ce dont tu n’as aucune connaissance. Car l’ouïe, la vue et le coeur: sur tout cela, en vérité, on sera interrogé». Sourate 17, verset 36.
Dans ce verset, le Saint Coran incite à l’éducation du musulman sur la base de l’esprit scientifique. Il y a en effet deux sortes de rationalisme:
1- l’esprit mythique qui croit aux imaginations, court derrière le faux, écoute tout ce qui se dit et suit tout crieur (héraut). L’Islam refuse un tel rationalisme.
2- l’esprit scientifique que l’Islam aime, agrée et accepte. Il s’agit du rationalisme qui se fonde sur preuve, soumise à la logique rationnelle et marche de concert avec l’observation, l’expérience matérielles et qui fait usage des outils (facultés)  qu’Allah a donnés à l’être humain à savoir: la vue, l’ouïe, le cœur (raison ou intelligence)... Tels sont les outils ou facultés permettant la recherche de la connaissance comme Allah le Très Haut a dit: «Et Allah vous fait sortir des ventres de vos mères, dénués de tout savoir, et vous a donné l’ouïe, les yeux et les cœurs (intelligence), afin que soyez reconnaissants». Sourate 16 (les abeilles); verset 78. Ces facultés constituent les ouvertures par lesquelles l’homme arrive à maîtriser les affaires de la vie, de la nature, à comprendre la religion ainsi que les autres créatures d’Allah et à respecter les interdits et commandements d’Allah.
Il ne sied donc pas à l’homme de les nier ni de les négliger, pour ensuite suivre des suspicions et des imaginations ou courir derrière les rumeurs et le faux. C’est pourquoi beaucoup des versets coraniques se terminent par des phrases comme: «N’entendent-ils donc pas?», «Ne voient-ils donc pas?» ou «Ne raisonnent-ils donc pas?». Il y a certes une grande différence entre les croyants bien guidés et les mécréants égarés. Ces derniers ont rendu caduques les facultés qui permettent d’acquérir la connaissance et de suivre la bonne voie, si bien que leurs facultés ne leur servent à rien ni ne jouent pleinement leur rôle comme Allah a dit au sujet de telles personnes: «Nous avons destiné beaucoup de djinns et d’hommes pour l’Enfer. Ils ont des cœurs, mais ne comprennent pas. Ils ont des yeux, mais ne voient pas. Ils ont des oreilles, mais n’entendent pas. Ceux-là sont comme les bestiaux, même plus égarés encore. Tels sont les insouciants». Sourate 7 (Al-a’rãf); verset 179. On comprend le bien fondé et la raison pour lesquels Allah a interdit dans ce verset de la sourate 17 la négligence de ces facultés. Il dit s’adressant à l’Homme: «Et ne poursuis pas ce dont tu n’as aucune connaissance», c’est-à-dire ne poursuis pas ce dont tu n’as aucune connaissance sinon tu courras certainement après les imaginations, les illusions et les mythes. Fais usage plutôt de ton ouïe, de ta vue et de ta raison.  En effet, Allah t’interrogera certainement sur l’usage que tu auras fait de ces organes et facultés: «Car l’ouïe, la vue et le cœur: sur tout cela, en vérité, on sera interrogé».
Chers frères et sœurs en Islam, l’Islam confère aux musulmans une éducation idéologique consciente et les appelle à faire bon usage de leur raison et de toutes leurs facultés. L’homme est donc tenu de réfléchir, de méditer, de scruter afin d’aboutir à une meilleure opinion et à une meilleure position par rapport à tout problème qui se présente à lui, sans se laisser influencer aveuglement par l’opinion ou la position de quelqu’un d’autre. Il doit bien réfléchir, méditer afin de voir clair et d’adopter sa propre vision et sa propre position. Il ne doit pas se fonder sur une suspicion mais sur la certitude. Il ne doit pas courir derrière sa passion mais derrière la vérité. Allah le Très Haut a condamné un tel comportement en disant: «Ils ne suivent que la conjecture et les passions de [leurs] âmes, alors que la guidée leur est venue de leur Seigneur».  Sourate 53, verset 23.
En outre, l’Islam interdit à l’homme de porter un jugement ou d’adopter une opinion en se fondant sur l’imitation aveugle, l’ignorance et la suspicion. Allah le Très Haut a dit: «Ô vous qui avez cru! Evitez de trop conjecturer [sur autrui] car une partie des conjectures est  péché. Et n'espionnez pas; et ne médisez pas les uns des autres». Sourate 49, verset 12. Et Il a dit: «Ô vous qui avez cru! Si un pervers vous apporte une nouvelle,  élucidez-la [de crainte] que par inadvertance vous ne portiez atteinte à des gens et que vous ne regrettiez par la suite ce que vous avez fait».  Sourate 49, verset 6.
L’Islam invite le musulman à acquérir une aptitude et une capacité lui permettant d’avoir une opinion indépendante, une opinion qui traduit sa propre personnalité et qui émane d’une conviction basée sur des preuves logiques et scientifiques, loin de toute passion et de tout penchant. L’Islam prône donc la liberté de pensée, la liberté et l’indépendance d’opinion et l’acquisition de la personnalité individuelle. L’Islam appelle le musulman à avoir sa propre personnalité, à respecter cette personnalité ainsi que tous les moyens et voies lui permettant de garantir son indépendance d’opinion, de voir clair et de s’attacher à la vérité où qu’il la trouve. Non seulement l’Islam incite à l’indépendance d’opinion et de position mais condamne aussi avec énergie l’imitation aveugle consistant à suivre les autres sans faire preuve de conscience, de réflexion et de méditation. En effet, l’imitation aveugle tue l’être et la personnalité de l’homme et met en évidence sa faiblesse, son manque de volonté et son incapacité à réfléchir et à décider. Le Saint Coran regorge des versets qui prouvent le caractère odieux de l’imitation aveugle et condamne avec véhémence les actes des imitateurs aveugles, ceux qui suivent les ancêtres, les chefs, les grands sans faire preuve d’indépendance de personnalité, d’expression, de vision… «Et quand on leur dit: «Suivez ce qu'Allah a fait descendre», ils disent: «Non, mais nous suivrons les coutumes de nos ancêtres».  Quoi! [Suivront-ils] leurs ancêtres [même si ces derniers] ne raisonnaient pas et même s'ils n'avaient pas été dans la bonne direction?». Sourate 2, verset 170.
Imiter aveuglement les autres, c’est être figé, c’est nier sa propre raison et sa propre personnalité. Imiter aveuglement les autres, c’est faire preuve de son ignorance, de sa faiblesse et de sa dépendance. Imiter aveuglement les autres, c’est être la marionnette des autres et c’est faire fi de sa propre valeur et de sa propre vision. L’Islam par la voix de son Prophète Mouhammad çallallahou alaïhi wa sallam, a condamné toute imitation aveugle et tout conformisme et a prôné l’indépendance d’esprit, d’opinion et de position. Ainsi, si le musulman voit les gens suivre la vérité et la bonne voie, il lui incombe de les suivre, et s’il les voit dans l’erreur et l’égarement même par rapport à une situation précise, il doit éviter de se lancer derrière eux avant de voir clair, d’avoir fait appel à sa conscience et surtout avant d’avoir pesé l’acte sur la balance du Saint Coran et de la Sounnah.
Chers frères et sœurs en Islam, l’homme intelligent est celui qui cherche à connaître l’issue d’un problème avant de s’y lancer. L’homme intelligent est celui qui réfléchit sur la gestion d’une situation avant de la créer. L’homme intelligent est celui qui  fait preuve de liberté et d’indépendance d’opinion et de position en se basant sur des preuves logiques et rationnelles, sans suivre sa passion ou son intérêt. L’homme intelligent est celui qui mesure les conséquences de son acte avant de le poser et qui agit conformément à sa responsabilité et conformément à ses capacités morales et physiques.
Qu’Allah nous accorde la clairvoyance et la sagesse dans la prédication! Qu’Il nous aide à L’adorer et à propager Sa religion conformément à Sa Sainte Volonté!
Chers frères et sœurs en Islam, vu la situation qui prévaut dans le monde à cause du film anti-islam, nous ne saurions terminer nos propos sans vous prodiguer quelques conseils en plus de ceux que nous avions déjà dits dans le sermon passé et à travers les autres moyens de communication. Ces conseils que nous avions dits depuis le vendredi 10 novembre 2000 à l’occasion de la première édition du FIMA, nous ne vous demandons pas de les adopter forcement mais de les méditer afin de voir clair et d’agir en toute connaissance de cause. Chers frères et sœurs en Islam, nous vous invitons à jeter un coup d’œil méditatif sur l’histoire de la Da’wa (la prédication) surtout dans ses tous premiers moments qui ressemblent fort bien à notre situation actuelle. Considérez un tant soit peu la vie de notre Prophète et Guide Mouhammad çallallahou alaïhi wa sallam  et la vie de ses premiers compagnons pendant la période mecquoise. Durant treize ans, ils n’ont connu de leur société que le rejet, la haine, la persécution et la torture. Mais tout cela ne les a pas découragés, au contraire ils se sont affermis sur la vérité et ont patienté la plus belle patience qui soit attendant d’Allah Seul la délivrance et le secours. Face à toutes ces difficultés, ils ne se sont pas rebutés, ils n’ont pas abandonné la prédication, ils n’ont pas cédé aux concessions alléchantes des mécréants et n’ont pas non plus brusqué les événements. Les résultats de cette patience, de cette abnégation et de cette persévérance dans la voie de la vérité, sont connus de tous aujourd’hui. C’est sous les bienfaits et les traces de leur endurance que nous sommes réunis aujourd’hui dans cette mosquée dans la quiétude et la fraternité religieuse.
Quand ils ont patienté et persévéré, Allah leur a fait surgir des frères zélés près à les défendre comme ils défendaient leurs personnes, leurs femmes et leurs enfants.
Quand ils ont patienté et persévéré, Allah leur a donné une patrie où ils peuvent se réunir, exercer pleinement leur culte et s’organiser en société islamisée.
Quand ils ont patienté et persévéré, Allah leur a accordé la suprématie à Médine.
Quand ils ont patienté et persévéré, Allah leur a permis de conquérir la Mecque et le monde entier de l’Est à l’Ouest et du Sud au Nord.
Bref, notre prière, notre jeûne, notre Hadj et tous nos actes de dévotion ne sont qu’un bienfait et un fruit de leur patience et de leur persévérance.
Dites-nous chers frères et sœurs en Islam, qu’adviendrait-il s’ils avaient brusqué les événements? Qu’adviendrait-il s’ils n’avaient pas fait preuve de patience et d’abnégation? Qu’adviendrait-il s’ils avaient procédé à des mouvements de protestation et de contestation contre leur peuple alors qu’ils n’avaient aucune force pour se défendre? Peut-être l’Islam serait mort dans son œuf avant de d’éclore.
Certes, l’Islam nous impose la recommandation du bien et la censure du mal mais conformément à nos moyens et capacités car la censure du mal se fait à trois niveaux ou par trois moyens principaux: Le premier niveau ou moyen: la censure par la main donc par la force pour celui qui a la force. Ceci concerne le Chef de l’Etat dans son Etat, le chef de famille dans sa famille, le chef de service dans son service… Et cette force ne doit être utilisée que si elle conduit à améliorer la situation mais si elle l’empire alors il faut chercher un autre moyen.
Le deuxième niveau ou moyen: la censure par la langue ou par la plume donc la dénonciation verbale ou écrite de ce mal et sa condamnation. Ceci concerne ceux qui sont qualifiés pour parler, écrire et dénoncer car il ne s’agit pas de condamner pour créer une situation plus grave que celle que l’on dénonce.
Le troisième niveau ou moyen: la censure par le coeur, ceci concerne tout croyant qui voit un mal, il doit le détester au fond de son coeur même s’il ne peut pas le dénoncer et l’interdire. C’est pourquoi le Prophète prière et salut d’Allah sur lui a dit: «Quiconque parmi vous voit un mal qu’il l’interdise par sa main, s’il ne le peut pas, que ce soit par sa langue et s’il ne le peut pas que ce soit par son coeur et c’est le dernier degré de la foi».
Ceux qui ont condamné le film par leurs langues et ceux qui l’ont détesté au fond de leurs cœurs, tous ont rempli leur devoir conformément à cette recommandation prophétique. Mais chercher à agir au delà de cette dénonciation c’est porter préjudice à l’Islam et aux musulmans dans la mesure où les musulmans n’ont ni la force ni le pouvoir de le faire. Or Allah nous a interdit de nous jeter par nos propres mains à la destruction. Les musulmans doivent surtout mesurer la portée de tout acte qu’ils posent en se demandant sa conformité avec la religion, ses conséquences sur l’Islam et les musulmans et surtout à ne jamais transgresser dans leurs agissements car Allah n’aime pas et n’assiste pas les transgresseurs. La transgression c’est le fait de porter préjudice à autrui dans sa religion, sa personne, son honneur et ses biens sans qu’il en soit coupable.
«Chacun n'acquiert [le mal] qu'à son [seul] détriment: personne ne portera le fardeau (responsabilité) d'autrui. Puis vers votre Seigneur sera votre retour et Il vous informera de ce en quoi vous divergez». Sourate 6, verset 164.
Les musulmans qui se prennent aux non-musulmans innocents à cause d’un inconnu mal intentionné -qui veut juste semer le désordre dans le monde, dresser les pays les uns contre les autres, faire révolter les peuples contre leurs autorités politiques et religieuses, diviser davantage les musulmans- doivent se rappeler que nous avons aussi nos enfants, nos frères, nos sœurs, nos parents, brefs les autres musulmans qui vivent dans les pays de non musulmans. Qu’adviendrait-il si ces derniers réagissent de la même façon que réagissent certains musulmans?  Qu’Allah nous fasse comprendre, nous aide à voir clair la vérité et à la suivre et qu’Il nous aide à voir clair le faux et à l’éviter! Dans tous les cas, qu’est-ce ces réactions violentes ont résolu du problème? Qu’Allah nous fasse justice car sa justice est toujours la meilleure et Il sait attraper et punir chacun selon ses actes!
Sachez que comme nous l’avons dit, tant qu’il y a Islam et Musulmans sur cette terre, eh bien les attaques et les provocations des extremistes non musulmans ne finiront pas car ils sont désemparés devant l’avancée exponentielle de l’Islam et ils n’ont d’autres moyens de lutte que ces perfidies honteuses à travers des films et des caricatures comme celles que vient de publier le journal français charlie hebdo soutenu par d’autres médias. Par ces attaques blasphématoires, ils réveillent -sans le savoir- les musulmans, consolident leur foi et leur position ainsi que leur amour pour leur Religion.
Il faut que les musulmans comprennent cela et qu’ils cessent de répondre à ces provocations qui n’ont d’autre objectif que le fait de les détourner de leur mission.
Mais il faut aussi nécessairement que le monde musulman -à travers ses pays, institutions et organisations-, exige la législation des lois internationales pour incriminer le blasphème, la satire, l'insulte... des religions au nom de je ne sais quelle liberté.
Dans tous les cas, Allah nous suffit, Il voit, Il entend et rien ne lui échappe. Les musulmans doivent continuer leur œuvre de propagation des bienfaits de l'Islam en montrant le meilleur exemple et laisser à Dieu le compte de tout détracteur de l'Islam et de musulmans, en mal de publicité. 
Chers frères et sœurs en Islam sachez enfin qu’avec deux conditions: l’endurance et la piété, tous les complots et  toutes les machinations et manœuvres perfides des mécréants ne nous causeront aucun dommage comme Allah l’a dit: «Si vous êtes endurants et pieux, leur manigance ne vous causera aucun mal. Allah cerne (connaît)  parfaitement tout ce qu'ils font». Sourate 3, verset 120.
«Il y a bien là un rappel pour quiconque a un cœur, prête l'oreille tout en étant témoin». Sourate 50, verset 37.
Qu’Allah soubhanahou wa taala nous protège davantage et qu’Il protège notre foi et notre pays! Qu’Il nous bénisse et bénisse, nos œuvres, notre vie et notre pays! Qu’Il nous conforme davantage à ce qu’Il aime et agrée parmi les paroles, les actions et les comportements apparents et cachés dès maintenant et pour toujours!

 Cheikh Boureïma Abdou Daouda
www.boureima.net
www.facebook.com/cheikhboureima


Aucun commentaire:

Publier un commentaire