samedi 2 février 2013

La Ligue des Oulémas du Sahel envisage de promouvoir la culture de la paix


(Dalatou Malam Mamane, envoyé spécial/ANP)
   ALGER, 1er  Fév  (ANP)- La Ligue des Oulémas, prêcheurs et imams des Etats du Sahel qui a vu le jour le 30 Janvier dernier à Alger, envisage d’œuvrer à promouvoir la culture de la paix, du dialogue, de la réconciliation, de la concorde et de la cohésion sociale dans la région du Sahel.
   Dans un communiqué final, issu de son premier congrès, la Ligue prône la coexistence pacifique avec les autres religions, communautés et cultures, tout en rejetant la violence, le fanatisme et l’extrémisme.
   La Ligue s’engage à mettre en évidence les constantes de l’Islam, en repoussant toute ambiguïté qui pourrait l’entacher.
   Elle appelle les musulmans au « sentier de Dieu par  la sagesse et la bonne exhortation », en consacrant  l’esprit de modération dans le cadre du juste milieu prôné par l’Islam.
   Elle rejette tout ce qui est susceptible de porter atteinte à la souveraineté des Etats et invite tous les Oulémas, prêcheurs, imams, les sages et penseurs à lui apporter leur soutien.
   La Ligue a comme référence religieuse, le Coran, la tradition du Prophète (Sunna), et le consensus des savants, tant au niveau du raisonnement que de l’acte, dans le respect du rite malikite, école juridique prédominante dans la région.   
   Le congrès constitutif de la Ligue des Oulémas des pays du Sahel a pris fin, mercredi  à Alger, après deux jours d’intenses travaux et débats religieux de  haut niveau.
   A l’issue de la rencontre, un bureau de sept (7), membres a été mis en place. Ainsi, Cheikh Boureima Abdou Daouda  du Niger a  été élu à la présidence de cette Ligue, à l’unanimité des participants et le poste de secrétaire général est revenu au Cheik Youssef Mecheria d’Algérie.
   Outre les deux premiers responsables de la Ligue, le bureau exécutif compte un membre par pays participant, à savoir l’Algérie (pays hôte), le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie et le Niger.
   Le Nigeria, la Libye et le Tchad devaient prendre part à ce congrès, mais pour des raisons de correspondance, leurs délégués n’ont pas pu être présents dans la capitale algérienne.
   Peu après son élection, le  nouveau président a exprimé ses remerciements aux autorités algériennes pour avoir accepté d’abriter  le premier congrès, donnant naissance à cette Ligue et pour la confiance faite à son pays pour diriger cette instance qui prône la modération dans la pratique religieuse.
DMM/AMC/KPM/ANP/Février 2013

Aucun commentaire:

Publier un commentaire