vendredi 8 mars 2013

Arabie Saoudite: quatre femmes illettrées récompensées pour avoir totalement mémorisé le Coran



Quatre femmes saoudiennes illettrées âgées de 46 à 74 ans viennent d’être récompensées par l’association de bienfaisance saoudienne pour la mémorisation du Saint Coran, pour avoir totalement mémorisé le Coran.
Un prodige puisqu’une d’une part ces femmes sont respectivement âgées de 46, 52, 55 et 74 ans et chacun sait qu’à cet âge les facultés de mémorisation sont dégradées. D’autres part, car ces femmes n’ont jamais été à l’école et ne savent ni lire ni écrire l’arabe et encore moins l’arabe du Coran qui diffère de la langue dialectale parlée au quotidien par les saoudiens. Le Noble Coran est composé de 60 hizb (parties),  un hizb comporte environ une dizaine de pages.
D’après Cheikh Ibrahim Al Barakati directeur dudit centre, les 4 femmes ont appris le Coran par coeur en 6 ans et demi. Au départ, la mémorisation était difficile, puis une fois dépassé le 20 ème hizb, elles racontent que l’apprentissage était plus aisé. Pour apprendre, elles passaient beaucoup de temps à écouter leur professeur de Coran, jusqu’à ce qu’elles mémorisent les versets. Les quatre femmes ont été honorées et récompensées par le centre « Karamat ». Des cadeaux et une somme d’argent leur ont été remis. Une histoire surprenante qui démontre qu’il n’est jamais trop tard pour apprendre le Noble Coran et démontre une fois encore le caractère miraculeux du Noble Coran qui depuis des siècles est resté intact et continue d’être appris par coeur, lettre par lettre et ce dans le monde entier. Allah a dit : «En vérité c’ est Nous qui avons fait descendre le Coran, et c’ est Nous qui en sommes gardien. » (Coran, 15 : 9).
Source (de cette traduction)

Notre commentaire: quelle excuse avons-nous?
Le cas de ces femmes en général et celui de la septuagénaire nous interpellent tous en tant que musulmans qui avons rompu -pour la plupart d’entre nous- avec la Parole de notre Seigneur Allah. Si à son âge, sans pouvoir lire ni écrire, elle arrive à mémoriser le Noble Coran en entier, quelle sera notre excuse donc devant Allah, nous qui savons lire et écrire et qui n’avons pas atteint encore cet âge? 
C’est vraiment un cas à méditer en cette journée internationale de la femme, voilà des femmes qu’on ne peut jamais oublier et qui méritent vraiment qu’on leur consacre une journée. Quand je vois comment les jeunes musulmans (filles et garçons) gaspiller la vie dans les futilités voire les nuisibilités, j’ai les larmes aux yeux et le cœur serré. Ils négligent la plus importante période de la vie qui est la jeunesse. Ils n’excellent pas dans les études, ils ne lisent pas (surtout ce qui est utile et qui peut les aider à avancer dans la vie), ils ne se perfectionnent pas, ils ne mémorisent ni le Coran ni les Hadîs (paroles du Prophète)… Ils se bercent seulement des illusions pensant que c’est l’Etat ou les parents qui feront leur promotion dans la vie. Or l’Islam nous enseigne qu’Allah aime les hautes et nobles affaires et déteste les bassesses et que l’Homme ne sera récompensé qu’en fonction de ses œuvres.
Prenons donc conscience de cette réalité et engageons-nous dans la voie de la réalisation de soi en cherchant à faire notre promotion dans la vie et à apporter notre contribution positive à l’amélioration des conditions de l’Humanité!
Que Dieu nous bénisse tous et qu’Il nous aide à nous distinguer positivement dans la vie!
Cheikh Boureima Abdou Daouda
   

Aucun commentaire:

Publier un commentaire