jeudi 15 août 2013

Le Président de la Ligue des oulémas du Sahel rencontre Cheick Moussa, Khalife de Kiota

(Dalatou Malam Mamane/ANP)
  Niamey, 14 Août (ANP)- Le président de la Ligue des Oulémas, prêcheurs et Imams des pays du Sahel, Cheik Boureima  Abdou Daouda, a rencontré, mercredi, Cheik Moussa, Khalife de Kiota, l’un des principaux guides de la confrérie Tidjania au Niger et dans la sous région ouest-africaine.
Le président de la Ligue des Oulémas du Sahel, également Conseiller du Premier ministre en matière religieuses, a d’abord transmis au khalife de Kiota, les salutations du président de la République Issoufou Mahamadou et du premier ministre Brigi Rafini.
Les deux guides religieux se sont par la suite, longuement entretenu sur les voies et moyens de ramener la paix dans les cœurs et les esprits des musulmans aussi bien nigériens que ceux des  autres pays musulmans à travers le monde, conformément aux recommandations du Saint Coran.
Cheik Boureïma Daouda, accompagné de certains membres de la Ligue, a exposé au Khalife de cette ville sainte de Kiota (située à une centaine de km à l’Est de Niamey, considérée comme l’un des hauts lieux de l’islam sunnite du monde), la mission de la Ligue dont il préside aux destinées, depuis le mois de janvier 2013, date de sa création.
En retour, le Khalife de Kiota  a exprimé tout son soutien à la Ligue et celui de ses fidèles, pour que la paix règne aussi bien au Niger que dans tous les pays musulmans du monde.
Il n’a pas manqué de faire une fatiah spéciale pour que la paix règne principalement au Niger et que Dieu le tout puissant, protège ce pays et ses dirigeants.
Créée en Janvier dernier à Alger, la Ligue des  Oulémas, prêcheurs et Imams du Sahel, compte huit pays : l’Algérie, la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, la Libye, le Tchad, le Nigeria et le Niger.
Dans leur déclaration fondatrice, à Alger, en janvier dernier, les érudits musulmans du Sahel indiquent que les oulémas ont un rôle crucial dans la marche  des nations et peuples, en tant qu’appeleurs à Dieu, guides, orientateurs religieux et sources de références. Ils sont en effet, les balises qui guident ceux qui ont perdu la voie et les lumières de la nuit pour ceux qui demandent à être guidés. Ils sont donc comme la pluie qui tombe et apporte l’enrichissement.
« La nation a plus besoin des oulémas en sciences de Dieu dans les moments d’adversité et d’émergence de la sédition, car ils illuminent l’obscurité, en révélant la science et la certitude et ils répriment la sédition par la conviction immuable, la foi constante et l’attitude qui guide vers la voie. La nation suit leurs traces comme modèles à suivre, elle est ainsi sauvée de la catastrophe et dépasse l’adversité, et devient plus consciente et plus ferme au sujet de ses valeurs et adhère davantage aux visions de oulémas », soutient la déclaration fondatrice.  
DMM/ANP/ Août 2013



Aucun commentaire:

Publier un commentaire