mardi 26 août 2014

La problématique du divorce au Niger troisième et dernière partie

Validité du divorce
Le divorce n'est valable que du mari qui jouit de sa raison et de son choix ou de son représentant vu le Hadîs du Prophète prière et salut d'Allah sur lui: «Le divorce incombe seulement à celui qui a pris par le pied (qui a supporté les dépenses du mariage et qui assure l'entretien de la maison).
Ainsi, le divorce n'est pas valable des personnes suivantes:
- celui qui a perdu sa raison indépendamment de lui (il n'a pas provoqué cette perte de conscience)
- celui qui dort
- celui qui est atteint d'une maladie qui lui fait perdre la raison
- celui qui est contraint à consommer un stupéfiant qui lui fait perdre la raison... Le divorce prononcé par cette catégorie des gens n'est pas valable dans les conditions citées car Ali ibnou Abi Talib qu'Allah soit satisfait de lui- a dit: «Tout divorce est valable sauf celui prononcé par quelqu'un qui a perdu sa raison».  Rapporté par Alboukhâry dans son authentique recueil des Hadîs.  Ceci s'explique par le fait que la raison constitue la condition principale pour l'accomplissement des adorations et les jugements.
Mais si sa raison est perdue pour avoir consommé volontairement un stupéfiant, alors il y a une divergence entre les savants musulmans à propos de la validité de son divorce: certains ont dit qu'il n'est pas valable et d'autres ont dit qu'il est valable.  Cette dernière opinion est celle de quatre Imâms (Malik, Ahmad, Abou Hanifa et Ach-châfi') ainsi qu'une majorité d'autres savants.
Mais s'il divorce sous une contrainte ou une pression afin de s'en délivrer, le divorce n'est pas à prendre en compte à cause de la parole du Prophète çallallahou a'layhi wa sallam:
لا طلاق و لا عتاق في إغلاق
«Il n'y a ni divorce ni affranchissement sous une contrainte». Rapporté par Ahmad, Abou Dawoud…
Les différentes catégories de divorce
Le divorce se repartit en Islam en deux grandes catégories:
1- Le divorce sounny (traditionnel) et c'est le divorce qui est conforme au Coran et à la Sounnah du Prophète çallallahou a'layhi wa sallam c'est-à-dire pendant la période de pureté rituelle de la femme sans avoir eu de rapport sexuel avec elle. Cette dernière reste chez le mari pour passer trois menstruations, s'il la reprend avant la fin de la période de viduité, le mariage reprend entre eux sinon le divorce sera consommé et il ne pourra la reprendre qu'après un nouveau mariage s'il s'agit du premier ou du deuxième divorce. Mais s'il s'agit du troisième divorce; elle devient illégale pour lui jusqu'à ce qu'elle soit épousée et divorcée par un autre homme après consommation du mariage. Le mari peut aussi divorcer sa femme pendant sa grossesse évidente.
2- Le divorce bid-y (innové) qui consiste à divorcer la femme:
- par un triple divorce sur place   
- dans sa période d'impureté rituelle
- dans sa période de pureté dans laquelle il a eu un rapport sexuel avec elle.
Quelques causes du divorce
1- Le mauvais choix du conjoint
2- La mauvaise éducation reçue des parents
3- L'ignorance des lois régissant le mariage et le divorce en Islam
4- La dispute du leadership familial
5- Le manque de l'esthétique connue avant le mariage (pendant les fiançailles les futurs époux se paraient -s’embellissaient- l’un pour l’autre chaque soir et après le mariage, ils cessent de le faire…).
6- Les considérations sociales ethniques et tribales
7- L'antipathie naturelle entre conjoints (surtout quand la connaissance mutuelle a été brève avant le mariage ou quand ce dernier a été célébré sur la base d’un profit matériel qui a disparu après le mariage).
8- L'impatience
9- L'intervention des mauvais conseillers
10- La mauvaise conception du mariage qui est vu chez certains comme un contrat commercial dans lequel personne ne veut perdre…
11- La perte de la considération mutuelle
12- La mauvaise pratique de la polygamie pour ceux qui la font sans respecter les règles fixées par l’Islam.
13- Le rejet de la polygamie par la femme alors qu’elle n’avait pas posée cela comme condition avant le mariage.
14- La fuite de l'homme devant ses responsabilités familiales
15- La stérilité de la femme ou la naissance des filles est un mobile de divorce chez certains ignorants.
Voilà un aperçu de la problématique du divorce que nous avions présentée depuis 2005 lors des débats qu’organisait le Centre Afrika Obota à Niamey (alors que sa présence se remarque moins au Niger ces derniers temps, j’ai trouvé sur Internet que ses activités continuent dans d’autres pays).
Cheikh Boureima Abdou Daouda

Niamey, le 26 août 2014.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire