mercredi 13 mai 2015

Qounoûtoun-nawâzil ou invocation circonstancielle contre les épreuves

Qounoûtoun-nawâzil ou invocation circonstancielle contre les épreuves
C’est une Sounnah (pratique) confirmée du Prophète çallallahou alayhi wa sallam (prière et salut d’Allah sur lui), qui l’avait pratiquée à travers toutes les cinq prières quotidiennes comme cela est reporté des sources authentiques. Il n’y a cependant aucun argument qui prouve que le Prophète l’avait pratiquée au cours de la prière de vendredi. Au contraire, il avait demandé la pluie dans le sermon de vendredi comme cela est connu à partir des sources authentifiées.
Ainsi, il est permis aux musulmans de procéder à cette invocation en cas d’épreuves qui les touchent directement ou qui touchent d’autres musulmans ailleurs comme la guerre, l’épidémie, les conflits internes…
On invoque Allah avec des termes spécifiques à chaque cas d’épreuve en insistant sur sa dissipation et sans être long dans l’invocation.
On dit l’invocation à haute voix en se relevant de l’inclinaison dans la dernière Rakat de la prière. Quand on finit d’invoquer, on se prosterne.
Il est permis à l’Imâm de lever les mains durant l’invocation ainsi qu’aux Ma’moûms (ceux qui prient derrière lui), ces derniers peuvent dire «Amîn c’est-à-dire qu’Allah exauce» à l’invocation de l’Imâm.
On dit cette invocation chaque fois que de besoin jusqu’à dissipation de l’épreuve ou des épreuves.
Que Dieu descende Sa paix, Ses Miséricordes et Ses bénédictions sur nous, le pays et l’Humanité et nous protège davantage contre tout ce dont nous avons peur ici-bas et dans l’au-delà!
Cheikh Boureima Abdou Daouda

Niamey, le 13 mai 2015.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire