mercredi 29 juillet 2015

Guinée: Le grand-imam de Labé se prononce sur une décision du Président Alpha Condé


LABE- Face au débat soulevé par le Président Alpha Condé sur le port du voile intégral en Guinée, le Grand-imam de Labé, El hadj Badrou Bah, a déjà donné sa position. Au micro de notre correspondant régional, le Grand-imam de la mosquée de Labé, qui est également l’inspecteur régional des affaires religieuses, a donné son avis sur ce sujet qui alimente les débats en Guinée.
« Nous avons tous entendu les propos du Chef de l’Etat à travers les medias, des propos relatifs au voile intégral. Nous prions d’abord Dieu de nous mettre à l’abri des individus qui passent par la religion pour tuer d’autres croyants ou du faire du mal à ses semblables.
Notre souhait c’est de suivre les traces de nos parents c’est-à-dire pratiquer la religion dans la cohésion, dans l’harmonie. Ils (nos parents) ont pratiqué l’islam dans l’amour du prochain, nous souhaitons perpétuer cette culture de paix dans la religion. Au lieu qu’un musulman vienne tuer un autre, je suis certain que Dieu nous entendra parce que notre pays est béni.
Concernant la sécurité du pays, le président de la République a dit il faut un débat national pour nous sécuriser davantage, ce débat sera relatif au voile intégrale. Ça c’est le travail du président, garantir la sécurité nationale. Il doit faire en sorte que les citoyens du pays soient en sécurité. Partout où il voit un aspect sécuritaire, si ça va pas l’encontre des principes religieux et les recommandations de Dieu, nous musulmans seront heureux parce que adorer Dieu, c’est plus facile de pratiquer la religion quand la paix règne chez nous.
Nous avons hérité l’islam de nos parents, nous avons été éduqués par la Sunna et le Coran. Nos parents nous ont enseigné à travers les livres coraniques que le corps entier de la femme attire sexuellement exceptés le visage et les mains, c’est comme ça nous avons vu nos mères, elles couvrent l’ensemble du corps laissant le visage et les mains. C’est un principe qui appartient à l’islam.
Mais comme les lois du pays permettent à chacun de s’habiller comme il veut, nous voyons en longueur de journée des femmes qui couvrent tout le corps y compris le visage comme nous voyons d’autres qui portent des mini ou des sexy qui mettent en relief leur corps.
Chacun peut habiller sa famille selon son entendement pourvu que l’habillement ne cause pas des dégâts à l’endroit de la communauté, à l’endroit des musulmans. Mais si on passe soit par un sexy ou le voile intégral pour attenter à la vie des autres, c’est raisonnable que le président prenne des mesures pour prévenir ces genres de situation pour que nous ayons la tranquillité. C’est tout à fait normal. C’est sa responsabilité.
Quand cette affaire de voile intégral commençait, j’avais échangé avec le  colonel du camp El hadj Oumar Tall de Labé, il m’avait dit El hadj : «  Est-ce que vous connaissez ce qu’on peut trouver dans un camp ? Il y a beaucoup de choses dans un camp. Moi je suis là pour sécuriser la population. Donc je ne peux pas laisser n’importe qui faire des va-et-vient dans le camp, je ne connais pas tout le monde, il faut identifier ceux qui doivent passer ».
J’ai trouvé raisonnable son argument parce qu’il vise à éviter tout phénomène d’insécurité, c’est pour notre sécurité, ça nous évite que des choses nous divisent nous hantent ou que ça dérange d’autres musulmans jusque dans leur chair.
Et si le président envisage un débat national sur le voile intégral, et surtout si cela peut causer des préjudices à notre paix sociale, sincèrement nous serons derrière le président. Si la décision va blesser notre islam, j’espère que le président ne va jamais prendre une décision de ce genre, nous aussi n’allons pas cautionner si ça va déranger l’islam.
Aujourd’hui nous voyons les épouses de certains imams qui ne sont pas voilées, c’est valable chez d’autres sunnites dont les femmes ne couvrent pas leur corps. Par contre c’est certaines femmes qui ont choisi le voile intégrale.
Nous prions encore que le bon Dieu nous protège contre ceux qui passent par l’islam pour faire des attaques, juste pour salir l’islam. Je pense que les populations comprendront davantage et Dieu va nous aider ».
Pour rappel, à la veille de la célébration de la fête de Ramadan, plusieurs femmes avaient été obligées de se dévoilées par des militaires au camp El hadj Oumar Tall. Cette décision avait irrité la colère de la coordination des sunnites de Labé, qui avait d’ailleurs interpellé el Gouverneur de la région, Sadou Keita.
 Propos recueillis par Alpha Ousmane AOB Bah
Correspondant régional d'Africaguinee.com
Notre commentaire
Je profite de cet article pour publier l’éclaircissement que j'ai apporté hier suite à l'interdiction du niqab à Diffa:
A propos du Niqâb

Le Niqab était connu depuis le temps du Prophète çallallahou alaihi wa sallam et les femmes le portaient ainsi que le voile par obéissance aux ordres d’Allah dont:
يَا أَيُّهَا النَّبِيُّ قُلْ لأَزْوَاجِكَ وَبَنَاتِكَ وَنِسَاءِ الْمُؤْمِنِينَ يُدْنِينَ عَلَيْهِنَّ مِنْ جَلابِيبِهِنَّ ذَلِكَ أَدْنَى أَنْ يُعْرَفْنَ فَلا يُؤْذَيْنَ وَكَانَ اللَّهُ غَفُوراً رَحِيماً (59)
«Ô Prophète! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles: elles en seront plus vite reconnues et éviteront d'être offensées. Allah est Pardonneur et Très Miséricordieux». Sourate 33, verset 59.
وَقُلْ لِلْمُؤْمِنَاتِ يَغْضُضْنَ مِنْ أَبْصَارِهِنَّ وَيَحْفَظْنَ فُرُوجَهُنَّ وَلا يُبْدِينَ زِينَتَهُنَّ إِلاَّ مَا ظَهَرَ مِنْهَا وَلْيَضْرِبْنَ بِخُمُرِهِنَّ عَلَى جُيُوبِهِنَّ وَلا يُبْدِينَ زِينَتَهُنَّ إِلاَّ لِبُعُولَتِهِنَّ أَوْ آبَائِهِنَّ أَوْ آبَاءِ بُعُولَتِهِنَّ أَوْ أَبْنَائِهِنَّ أَوْ أَبْنَاءِ بُعُولَتِهِنَّ أَوْ إِخْوَانِهِنَّ أَوْ بَنِي إِخْوَانِهِنَّ أَوْ بَنِي أَخَوَاتِهِنَّ أَوْ نِسَائِهِنَّ أَوْ مَا مَلَكَتْ أَيْمَانُهُنَّ أَوْ التَّابِعِينَ غَيْرِ أُوْلِي الإِرْبَةِ مِنْ الرِّجَالِ أَوْ الطِّفْلِ الَّذِينَ لَمْ يَظْهَرُوا عَلَى عَوْرَاتِ النِّسَاءِ وَلا يَضْرِبْنَ بِأَرْجُلِهِنَّ لِيُعْلَمَ مَا يُخْفِينَ مِنْ زِينَتِهِنَّ وَتُوبُوا إِلَى اللَّهِ جَمِيعاً أَيُّهَا الْمُؤْمِنُونَ لَعَلَّكُمْ تُفْلِحُونَ (31)
«Et dis aux croyantes de baisser leurs regards (de ne pas regarder ce qu'Allah a interdit de regarder), de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu'elles rabattent leurs Djouyoubihinn (voiles) sur leur poitrine; et qu'elles ne montrent leurs atours qu'à leurs maris, ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris, ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs sœurs, ou aux femmes musulmanes, ou aux esclaves qu'elles possèdent, ou aux domestiques mâles impuissants, ou aux garçons impubères qui ignorent tout des parties cachées des femmes. Et qu'elles ne frappent pas avec leurs pieds de façon que l'on sache ce qu'elles cachent de leurs parures. Et repentez-vous tous devant Allah, ô croyants, afin que vous récoltiez le succès». Sourate 24, verset 31.
Aïcha -qu’Allah l’agrée- a dit: "Qu’Allah fasse miséricorde aux premières femmes émigrantes.  En effet, lorsqu’Allah révéla: «Et qu'elles rabattent leurs voiles sur Djouyoûbihinna …», elles déchirèrent leurs Mouroûts (sortes de robe en laine, de pagne à attacher autour de la taille ou de tablier) et couvrirent leurs têtes et leurs visages".  (Çahîhoul-Boukhâry, Hadîs no 4758).
Safiyyah bint Chaïbah rapporte: "Aïcha avait l’habitude de dire: "Lorsque fut révélé le verset: «Et qu'elles rabattent leurs voiles sur Djouyoûbihinna …», les femmes coupèrent les bouts de leurs pagnes et couvrirent leurs têtes et leurs visages"". (Çahîhoul-Boukhâry, Hadîs no 4759).
On sait aussi que parmi les interdits du Hadj, il y a l’interdiction pour la pèlerine de porter un niqâb (ou cache-œil) et des gangs. Si le port du niqâb n’était pas connu, son interdiction pendant le Hadj, n’aura pas de sens. Malgré cette interdiction, il est rapporté de sources authentiques que les femmes au temps du Prophète prière et salut d’Allah sur lui, se couvraient le visage avec le bout de leurs pagnes en face des hommes étrangers.
 Je ne connais pas personnellement un savant ou Imâm dont la parole compte en Islam, qui a prétendu que le Niqâb (ou le fait de voiler le visage pour la femme en présence des hommes étrangers) ne fait pas partie de l’Islam.
La divergence entre les Oulémas ou les Écoles porte plutôt sur le caractère obligatoire (Wâdjib) ou recommandé (Moustahabb) du niqâb.
Il fait partie de la liberté religieuse et de la liberté individuelle pour la femme musulmane de considérer le port du niqâb comme obligatoire ou recommandé, autrement dit, de le porter ou de ne pas le porter.
Ne confondons pas dans tous les cas, le niqâb et le voile (la tenue de la femme musulmane consistant à se couvrir amplement le corps).
Si pour des mesures de sécurité, des autorités veulent l’interdire temporairement dans un espace donné, elles doivent s’adresser à l’instance islamique suprême dans le pays pour donner son avis sur la question, ceci afin d’éviter des interprétations et des réactions divisionnistes dans la société. Dans tous les cas, les affaires religieuses doivent être régies par leurs instances de tutelle et non par n’importe qui afin d’éviter que n’importe qui se donne le droit de réagir contre la décision ou la mesure et «La Main de Dieu est avec la Communauté Unie».
Le camouflage ou déguisement des hommes en femmes est interdit en Islam et tout homme qui imite les femmes dans ce qui leur est propre, est maudit et vice-versa comme cela est connu en Islam.
Le phénomène du terrorisme avec ses méthodes variées d’attaque, existe dans plusieurs pays depuis longtemps comme l’Arabie Saoudite, l’Iraq, la Syrie, le Nigeria, le Mali… mais il est rare d’y entendre des prises de mesures anti-islamiques.
Les opportunistes de tout bord peuvent en effet, profiter de ce genre de mesures pour entreprendre des campagnes d’intoxication des populations musulmanes contre le régime et/ou les gouvernants, ce qui ne contribue pas au maintien de la paix et de la cohésion sociales dans le pays.
La division interne d’une société peut être plus grave que la guerre qui vient de l’extérieur! Qu’Allah nous en préserve!
Qu’Allah nous protège davantage ainsi que notre pays! Qu’Il nous épargne les causes de la division sous toutes ses formes! Qu’Il assiste davantage nos forces de défense et de sécurité et tous ceux qui luttent d’une façon ou d’une autre pour que la paix règne dans le pays, la sous-région voire dans le monde entier!
Cheikh Boureima Abdou Daouda
Niamey, le 28 juillet 2015.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire