jeudi 9 juillet 2015

Niger: Savannah Petroleum estime au milliard de barils les ressources prospectives de la zone R1/R2


Agence Ecofin - Savannah Petroleum Plc a publié le 8 juillet une mise à jour sur l’évaluation du potentiel de sa zone de licence R1/R2 qui a fait apparaître une augmentation considérable des ressources pétrolières prospectives brutes ajustées au risque dans cette propriété située dans le sud-est du Niger.
L’évaluation indépendante conduite par CGG Robertson a donné 1,191 milliard de barils de ressources pétrolières prospectives brutes ajustées au risque dans la zone de licence R1/R2, contre 573 millions de barils annoncés dans le rapport de personne compétente publié en juillet 2014.
Cet accroissement a été possible grâce à la prise en compte, a-t-on expliqué, des ressources potentielles de la formation Yogou située « beaucoup plus en profondeur » dans cet actif couvrant une zone d’environ 8406 km2 dans le bassin pétrolifère du rift d’Agadem.
Andrew Knott (photo), Dg de Savannah Petroleum, parle d’un résultat « hautement encourageant » pour les parties prenantes du projet et des travaux qui confortent les hypothèses de la compagnie que « R1/R2 est potentiellement un vaste actif relativement à faible coût et à faible risque ».
Le pétro-gazier britannique rassure avoir, aujourd’hui, tout au point pour aller à l’exécution d’un programme de forage et à des sondages sismiques dans la zone de licence, précisant que les activités d’exploration commenceront au cours de la seconde moitié de l’année 2015.

Notre commentaire
Allahou akbar! Wal hamdou lillah! (Allah est le Plus Grand et louange à Allah)! Qu’Allah bénisse davantage le Niger et son peuple!
Voilà le Niger ou plutôt un aspect de la réalité du Niger au-delà de la description négative qui est faite de notre pays. Chaque fois qu’il est mentionné, on ne voit que la pauvreté, la maladie, la famine, le retard scientifique, le manque d’infrastructures… alors que la réalité est bien autre chose comme je le disais dans mes cours de l’École de la Vie : «Qui dit que ne nous ne sommes pas riches?».
De la même façon que notre pays qui regorge des richesses et des potentialités de tout genre mais il faut des prospections (donc de la science) pour les découvrir et ensuite des moyens pour les exploiter et en tirer profit, nous aussi (nigérois ou nigériens), nous regorgeons des potentialités, des forces, des capacités et des richesses mais il faut des éducateurs et des motivateurs (en développement personnel) pour nous aider à les découvrir. Nous sommes comme tous les autres (qui ont réussi d’une façon ou d’une autre dans la vie) et nous avons le droit à la richesse et au bonheur mais nous avons besoin des maîtres et des guides spirituels capables de nous réveiller et de nous faire découvrir ces possibilités.
Cette découverte des réserves pétrolifères prouve l’importance de la science dans notre vie comme je le disais dans une émission en date du lundi 23 mai 2005 à travers les ondes de la radio Bonferey à Niamey.
A cette occasion, je vous fais cadeau de cette réflexion extrêmement importante et je serai certainement injuste envers vous si je ne vous révèle pas.
Cheikh Boureima Abdou Daouda
Niamey, le 9 juillet 2015 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire