mardi 1 septembre 2015

Colloque sur le thème: «L’extrémisme religieux: les causes, les manifestations… les solutions islamiques».

Niamey, 30-8-2015: L’Association pour l’Appel à la Paix (AAP) a organisé en collaboration avec l’Union des Oulémas d’Afrique le dimanche 30 août 2015 à Niamey, au Niger, un colloque sur le thème: «L’extrémisme religieux: les causes, les manifestations… les solutions islamiques».
La cérémonie officielle d’ouverture a été placée sous le haut patronage du Gouverneur de la Région de Niamey qui a été représenté par le Secrétaire Général de la Région de Niamey.
Plusieurs hautes personnalités nationales et étrangères ont honoré de leur présence cette cérémonie d’ouverture ainsi que certaines conférences qui ont suivi l’ouverture. On note particulièrement la présence de l’ambassadeur des Etats-Unis au Niger Mme Eunice Reddick, le Directeur Général de la Direction Générale de la Documentation et de la Sécurité Extérieure le Général Koré Louali Chaibou, la Directrice du Centre Culturel Américain à Niamey Mme Deneyse Kirkpatrick, le représentant de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix, Mohamed Ali, Cheikh Ali Ben Sallah Ex-Ministre des Affaires Religieuses et Conseiller Religieux du Premier Ministre actuellement, le Pr Alhassane Yenikoye et le Pr Habibou Abarchi respectiment Ex et Actuel Recteurs de l’Université de Niamey  et de nombreux fidèles.
L’organisation de ce colloque a été confiée au Cheikh Boureima Abdou Daouda, membre fondateur et membre du Conseil d’Administration de l’Union des Oulémas d’Afrique, Conseiller Spécial du Premier Ministre et Imam de la Grande Mosquée à l’Université Abdou Moumouni de Niamey.
Trois interventions ont marqué la cérémonie d’ouverture:
- celle de Cheikh Adam Youssouf, Président de l’Association pour l’Appel à la Paix qui a souhaité la bienvenue aux invités et aux participants.
- celle de Cheikh Boureima Abdou Daouda, Responsable de l’organisation du colloque qui a souligné l’importance du thème et l’indispensabilité de l’implication des Leaders Religieux Musulmans dans la lutte contre l’extrémisme religieux.
- celle du Secrétaire Général de la Région de Niamey qui a salué l’initiative et qui a souhaité que ce genre de colloques soit organisé dans toutes les Régions du Niger afin de sensibiliser les populations sur le phénomène de l’extrémisme religieux, ses causes, ses manifestations et les solutions que lui propose l’Islam.
 

Les participants ont été édifiés par la suite par trois conférences en Français, en Haoussa et en Zarma  sur le thème de l’extrémisme religieux, suivies d’un débat.

Discours du Responsable de l’organisation du colloque:
Mesdames et Messieurs à vos titres et grades respectifs
Chers invités
Chers frères et sœurs en Islam
Assalamou alaikoum wa rahmatoullah (que la paix et la miséricorde d’Allah) soient sur vous!
Depuis 2011, le Sahel vit une situation d’insécurité grandissante née des événements sociopolitiques qui se sont passés en Libye et au Mali d’une part et des troubles socioreligieux causés par Boko Haram au Nigeria d’autre part. Compte tenu   de sa position géographique et de son implication directe dans la lutte contre les groupuscules terroristes, le Niger se trouve confronté aujourd’hui aux différentes menaces terroristes au niveau de ses frontières voire à l’intérieur de son territoire.
La recherche des solutions diversifiées et durables à cette situation, nécessite l’implication de toute la population en général et en particulier celle des leaders d’opinion plus précisément les leaders religieux -vu la coloration religieuse de ces menaces- car les leaders religieux sont non seulement à l’avant-garde des questions socioreligieuses dans les villes et les villages mais incarnent surtout l’opinion, la vision et l’orientation des fidèles.
A cette situation s’ajoutent les événements du 16 et du 17 janvier 2015 au Niger et le déclenchement de la guerre provoquée par Boko Haram. Il a été jugé donc nécessaire de former un Comité de Déradicalisation Religieuse en vue de participer à long terme à une solution définitive du phénomène de la radicalisation religieuse qui est à la base de l’extrémisme religieux violent dans la plupart des cas. Malheureusement ce Comité peine à se mettre sur pied au Niger.
Indépendamment de ce Comité, l’Union des Oulémas d’Afrique a eu l’heureuse initiative de financier modestement la tenue d’un colloque ou symposium dans la plupart des pays membres en vue d’éclairer les populations sur le phénomène de l’extrémisme religieux.
Il faut rappeler que l’Union des Oulémas d’Afrique a été créée en juillet 2011 à Bamako au Mali en présence de cent vingt-quatre (124) participants venus de 38 pays africains. L’Union regroupe aujourd’hui 42 pays africains.
Chère auguste assemblée, la radicalisation religieuse est un concept idéologique ancrée dans l’esprit de ses victimes, par conséquent, il n’y a qu’une idéologique contraire qui est capable de la déraciner et de l’extirper des esprits et des mentalités d’où l’importance et l’indispensabilité de l’implication des Religieux Musulmans pour déradicaliser les victimes de la radicalisation et faire éviter aux populations de tomber dans le filet de la Radicalisation religieuse qui conduit à l’extrémisme puis au djihâdisme.
La «Radicalisation Religieuse» comme on le voit, est une maladie de société et comme toute maladie son remède ne consiste pas à s’attaquer à ses symptômes ou manifestations seulement (discours radical, rébellion armée, atteinte aux vies innocentes des individus et des groupes, terrorisme organisé…).
Au contraire, il faut des solutions à la fois préventives, et curatives ainsi que des actions d’accompagnement ou mieux de suppléance.
La Déradicalisation Religieuse demeure une responsabilité commune et à ce titre exige l’implication de tous les acteurs de la société.
Les solutions ne doivent pas être militaires seulement car une intervention militaire peut repousser les terroristes voire les tuer mais ne tue pas le terrorisme lui-même c’est-à-dire l’idéologie (la Radicalisation) qui est à la base de ce terrorisme. C’est pourquoi après une intervention militaire contre des terroristes, le terrorisme résiduel persiste chez ceux qui ne sont pas tués ou arrêtés et ils n’hésitent pas à se venger n’importe où et n’importe quand, chaque fois qu’ils trouvent l’occasion de le faire même en se faisant «kamikazer» car ils sont convaincus que s’ils meurent, ils meurent martyrs. C’est exactement ce qui se passe en Afghanistan, en Somalie, en Iraq, en Libye, au Mali…
Pour nous, les meilleures solutions seraient celles qui s’attaqueraient à toutes les causes principales de la Radicalisation que nous allons voir à travers ce colloque qui vient on ne peut plus à point nommé pour nous permettre de lever un coin du rideau sur l’extrémisme religieux: les causes, les manifestations,  le processus et les moyens d’endoctrinement, les méfait et les solutions islamiques.
Je ne terminerai pas mon intervention sans souligner la présence parmi nous des hautes personnalités nationales et étrangères, ce qui prouve l’intérêt que tout le monde accorde aujourd’hui aux problèmes de l’extrémisme violent. Je les remercie particulièrement pour cet honneur qu’ils nous font sans toutefois oublier tous les fidèles qui ont fait le déplacement pour venir suivre les travaux de ce colloque.
Que Dieu nous bénisse tous et nous protège davantage ainsi que nos pays!
Je vous remercie.
Fait à Niamey, le 30 août 2015
Cheikh Boureima Abdou Daouda

Aucun commentaire:

Publier un commentaire