dimanche 28 août 2016

Un quart de siècle d’expérience dans le domaine du Hadj



Par la grâce d’Allah, j’ai commencé à accomplir le Hadj en 1990 et depuis lors, sauf si je décline l’occasion, j’ai la possibilité de participer au Hadj. J’ai fait toutes les catégories de Hadj avec tous les titres possibles: en tant qu’étudiant, pèlerin ordinaire à travers une agence, traducteur officiel, invité du Roi, encadreur, membre de la Mission du Hadj…
J’ai écrit deux livres sur le Hadj et la Oumra dont l’un en 1999 édité en Allemagne par les Editions Essalam de Paris et le second en 2003 en collaboration avec trois autres Cheikhs du pays.
J’ai fait partie de la Commission Nationale d’Organisation du Hadj et de la Oumra (CNOHO) de 2010 à 2012.
Dans cette Commission, on m’a surnommé «All-in-One» car je faisais tout pendant le Hadj: guide, encadreur, secrétaire (avec mes propres matériels), traducteur, spécialiste du transport en navette…  
Mais tous ces services ont été récompensés à la fin par une demande de certaines agences auprès du Premier Ministre pour m’exclure de mon poste de Conseiller Spécial du Premier Ministre, par conséquent de la CNOHO et par une convocation à la police pour rembourser des frais de communication illicitement acquis d’après une commission d’enquête sur le Hadj.
Malgré cela, j’ai apporté tout mon concours aux réflexions sur la nouvelle structure du Hadj à créer pour résoudre les problèmes du Hadj au Niger.
A la création de cette nouvelle structure dénommée: Commissariat à l’Organisation du Hadj et de la Oumra (COHO), j’y ai été impliqué en tant que membre du Conseil Consultatif du COHO de 2013 à 2016. Là, aussi j’ai apporté toute ma contribution à l’organisation du Hadj en portant parfois des robes qui ne sont pas miennes comme le fait de passer plusieurs jours à l’ambassade d’Arabie Saoudite pour le suivi de la délivrance des visas. Aux lieux saints de l’Islam, ce sont les mêmes tâches d’All-in-One que je remplissais…
Cependant, j’’ai dû remboursé au COHO à deux reprises des frais de mission pour avoir fait moins de jours que prévus; ce qui est normal dans la loi du pays et meilleur pour moi auprès de mon Seigneur même si dans un cas le départ et le retour m’ont été imposés.
Cette année, je ne pense pas faire partie de la Mission d’Encadrement du COHO dans la mesure où personne ne m’a contacté pour cela jusqu’à l’heure où j’écris ces lignes (dimanche 28 août 2016 à 11h).
Je dis cela juste pour faire éviter à certains d’endosser gratuitement des péchés en nous indexant dans la responsabilité de l’organisation du Hadj en leur rappelant que tout le Conseil Consultatif n’a aucun rôle décisionnel.
Pour terminer, je rappelle ce que j’avais dit en août 2012 dans un point de presse, relatif aux préparatifs du Hadj sur le plan: «Sensibilisation des pèlerins et suivi des encadreurs» en tant que Président de ladite sous-commission au sein de la Commission Nationale d’Organisation du Hadj et de la Oumra (CNOHO):
«Je voudrais tout d’abord prier Allah le Très Haut, le Très Grand et le Tout-Puissant, pour qu’Il facilite pour nous tous en général et pour les futurs pèlerins en particulier le Hadj de cette année et qu’Il nous épargne les difficultés et les désagréments que l’organisation du Hadj a toujours connus depuis quelques années.
Je pense personnellement que, tant que le Niger ne dispose pas de ses propres avions, eh bien, les problèmes du Hadj surtout ceux liés au transport, se poseront toujours car pour avoir des compagnies de transport fiables, capables de respecter leurs paroles, leurs engagements et les clauses des contrats, il faut avoir les moyens nécessaires et suffisants et surtout commencer très tôt le processus des contrats de transport; sinon -malheureusement, c’est le cas que nous vivons- on est obligé de recourir à n’importe quelle compagnie qui nous imposera sa volonté ou nous montrera ses limites, au détriment de la bonne organisation du Hadj tant souhaitée par tout le monde…
Je rappelle que la réussite du Hadj implique un changement radical des mentalités à tous les niveaux: autorités, agences, pèlerins et partenaires tous doivent remplir leurs devoirs et conjuguer leurs efforts pour éviter tout retard dans le processus du Hadj. C’est à cette seule condition que nous pouvons incha-Allah éviter les problèmes d’organisation du Hadj». Fin de cette citation.
Qu’Allah assiste les pèlerins du Niger dans cette épreuve!
Cheikh Boureima Abdou Daouda
Niamey, le 28 août 2016.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire